Archives
18 mars 2013

La Golf 7 vous aide à rouler droit

Un système d’aide à la conduite permet au véhicule de ne pas dévier de sa trajectoire. Bluffant!

La Golf 7
Leila Roelli.
Leila Roelli.

Comment faire découvrir la beauté de notre pays à deux amis français en visite pour la première fois en Suisse lorsqu’on dispose de moins d’une heure? Partant de Lausanne et profitant de la toute nouvelle VW Golf 7, mon choix s’est vite porté sur la route du Lac qui relie Ouchy à Montreux. Manque de chance, le brouillard empêchait à mes hôtes de voir l’autre côté du Léman qui avait des airs de mer du Nord.

Pourtant, la balade n’a pas déplu et l’intérieur confortable et feutré de la nouvelle Golf n’y est pas étranger. De mon côté, pendant que je jouais au guide touristique, j’avais noté quelques faits étranges: une résistance au volant très épisodique.

Prise par mon récit, je n’y ai pas fait plus attention que ça, mais sur le retour, alors que nous revenions par l’autoroute, car nous étions en retard sur notre planning, j’ai pu observer le phénomène à plusieurs reprises.

Aussi fou que cela puisse paraître, la Golf 7 est équipée du système «Lane Assist» qui attire l’attention du conducteur dès que le véhicule menace de quitter involontairement la voie. Emerveillée par cette technologie, j’ai desserré mes doigts du volant et, tout en gardant mes paumes à faible distance, par souci de sécurité, j’ai observé la voiture se diriger toute seule.

En effet, munie de nombreuses caméras, dont une qui reconnaît les panneaux de signalisation et affiche la limitation de vitesse sur le tableau de bord, la Golf 7 «lit» les lignes de marquage et corrige la trajectoire en agissant sur la direction. Plus qu’une simple remise à l’ordre comme sur d’autres modèles, je pouvais lui laisser le contrôle sur plusieurs dizaines de mètres sans problème.

Evidemment, il s’agit d’un «plus» de sécurité et la Golf a encore besoin d’un vrai conducteur alerte, mais l’effet est bluffant! Bienvenue dans le 3e millénaire!

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le tableau de bord
Beau et intuitif, il a été élaboré selon le postulat que le champ visuel central de l’homme ne couvre que 30 degrés. Ainsi, toutes les fonctions ont été regroupées autour du conducteur. Des lignes fluides et une architecture magnifique mêlant différentes matières, bravo!

Le volant
J’ai déjà eu plus d’une centaine de volants entre les mains et à chaque fois je peine à trouver une position confortable, car les branches et le tour sont trop épais. La Golf 7 se distingue par la finesse de son volant, même si celui-ci comporte toutes les fonctions d’usage. Agréable au toucher et également à l’œil!

L’habitacle
Des sièges ergonomiques, de l’espace encore étendu par rapport à la sixième version, des options de confort et de sécurité au top du top, la Golf 7 frise le sans-faute. Pour chipoter, on pourra lui reprocher d’être très classique.

Le look
Depuis le grand changement qui a donné naissance à la Golf 4, les modèles qui ont suivi ne bénéficient pas de révolution majeure. Toutefois l’édition 7 semble avoir pris de la maturité en comparaison à son prédécesseur direct. Allure moins agressive, elle est aussi plus épurée.

Le coffre

Sans même baisser le dossier de la banquette, la Golf 7 offre déjà un volume de 380 litres, contre 350 pour la Golf 6. Sièges rabattus, j’y ai même fait entrer une batterie entière pour aider un ami après un concert!

Auteur: Leïla Rölli