Archives
26 mai 2015

La nature aux mille merveilles

Le printemps: la meilleure saison pour partir à la découverte de la nature. Parce que tout fourmille, s’agite et frétille. C’est donc le moment de lâcher les écrans et de se mettre au vert. Cinq idées futées pour pimenter vos activités familiales en plein air!

Illustration de l'habitation crée pour les crapeaux
Avez-vous déjà bâti un palace pour votre crapaud domestique?
Portrait de Patrick Luneau pris en extérieur.
Patrick Luneau

«Une toute petite bestiole, pour peu que l’on mette genou à terre, peut vous entraîner dans un autre monde. D’ailleurs, j’ai toujours un appareil photo sur moi !». Avec Patrick Luneau, enseignant et cinéaste animalier, installé à La Brenne en France, la nature est une aventure qui commence à la porte. Parce que la nature se vit, se joue, se découvre par tous les temps et surtout en famille.

Les enfants nous ouvrent les yeux, dit-il. Ils prennent un bâton, se fabriquent un univers avec presque rien.

Pas besoin d’attendre le grand soleil, l’enfant a besoin de flaques pour s’amuser et qu’importe si le pantalon est sali.»

La nature, dès le seuil franchi de sa maison

C’est donc dehors, au jardin, dans les parcs, en forêt, bref partout où trépigne la moindre brindille que cet auteur passionnément curieux entraîne le lecteur, avec un livre qui se feuillette comme une boîte à trésors. La nature en famille (aux Ed. Les guides Salamandre) regorge de bonnes idées, de bricolages malins, d’activités rigolotes pour mieux comprendre et savourer la nature qui nous entoure.

Tiens, comme fabriquer un collier de pâquerettes, bâtir un hôtel à tritons ou organiser une course d’escargots. Ou encore, lancer du plantain, pister le blaireau ou passer une nuit avec les papillons…

Il y en a pour tous les âges, du landau aux ados, et pour tous les goûts, histoire de se souvenir que la nature ne se visite pas seulement dans des circuits organisés. Mais aussi devant chez soi, gratuitement, sur le petit muret moussu qui longe la maison. Parce que l’infiniment proche peut être infiniment merveilleux, on referme le livre en ouvrant son sac à dos, pressé de se mettre en piste!

Un palais pour le crapaud du jardin

Matériel: une tuile faîtière, deux planchettes ou deux morceaux de briques, une petite pelle.

Comment faire: la construction vous prendra quelques minutes à peine. Il vous suffit d’installer une tuile, ou à défaut un pot en terre cuite cassé en deux, dans un coin ombragé du jardin, sous une haie ou contre un mur. Fermer l’ouverture du fond avec une planchette. Glisser sous l’abri un peu de terre, façon matelas, quelques feuilles et petites brindilles pour rendre l’espace accueillant. Bien humidifier le sol pour garder le palais au frais. Et enfin, réduire la taille de l’ouverture principale avec la deuxième planchette ou un simple morceau de brique, de façon à ce qu’un crapaud puisse s’y glisser subrepticement.

Une petite mare à proximité n’est pas indispensable: elle est son lieu de reproduction, mais pas son lieu de vie. Attention toutefois à ne pas utiliser de produits anti-limaces au jardin… les gastéropodes étant son menu préféré, il risquerait de s’empoisonner. Après avoir installé le palais, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un crapaud qui, à défaut, de se transformer en prince, vous révélera son œil cuivré traversé de veines d’or…

L’astuce en plus: avoir un crapaud dans son jardin, c’est aussi l’occasion de faire une petite expédition nocturne, à pas de sioux et lampe de poche au poing. Comme le batracien affamé cherche sa pitance en début de nuit, vous aurez plus de chance de le croiser!

Même en ville, un refuge aux papillons

Illustration du refuge au papillon
Refuge aux papillons

Matériel: une bouteille de lait, un cutter, une paire de ciseaux, du raphia et des lambeaux d’écorce.

Comment faire: d’abord, bien laver la bouteille et la sécher. Puis y introduire quelques morceaux d’écorce, histoire de rendre les lieux plus conviviaux. Découper prudemment dans la bouteille deux ou trois fenêtres de quelques millimètres de large et de six centimètres de haut. Ces petites ouvertures permettront aux papillons d’entrer, ailes repliées, afin d’échapper à leurs prédateurs. Et aussi de s’y réfugier en cas d’intempéries, les abris n’étant pas toujours faciles à trouver en milieu urbain. Puis, recouvrir la bouteille de lambeaux d’écorce, sans masquer totalement les ouvertures. Nouer l’ensemble solidement avec du raphia et installer le refuge dans un arbre, protégé du vent et orienté côté soleil. Idéalement, choisir un emplacement à proximité de massifs de fleurs, autant de food trucks à nectar pour les lépidoptères!

L’astuce en plus : pour avoir une chance d’observer vanesses du chardon et autres flambés, on peut encore disposer une éponge, imbibée de confiture liquide, dans une coupelle sur le balcon. Les papillons sont friands de sucrerie! On peut aussi carrément tartiner un tronc d’arbre de marmelade, et s’installer à proximité pour observer. A éviter toutefois en plein été: ce serait l’attroupement de guêpes!

Un aquakit pour explorer la mare

Illustration de l'aquakit
L'Aquakit

Matériel: deux plaques de plexiglas de 20x30 cm (magasin bricolage), un bout de tuyau d’arrosage en plastique, quatre grosses pinces à dessin, une épuisette ou une passoire.

Comment faire: avec un peu d’adresse, coincer le tuyau en plastique en décrivant un arc de cercle entre les deux plaques de plexiglas. Pour faire tenir le tout, disposer les pinces tout autour de l’assemblage, et l’aquarium portatif est fini. Vous voilà prêt à partir à la pêche dans n’importe quelle mare ou même flaque d’eau. Il vous suffit de plonger la passoire pour attraper une poignée de bestioles aquatiques : gerris, sortes de punaises à grandes pattes qui courent à la surface de l’eau, têtards, larves en tous genres ou escargots aquatiques risquent fort de se retrouver dans l’épuisette. Reste à les transvaser dans l’aquakit pour une séance d’observation en gros plan et en pleine lumière, avant de les relâcher bien sûr!

L’astuce en plus: pour peu que vous disposiez déjà d’un petit étang dans le jardin, mais qu’il vous semble bien tranquille, il est possible d’accélérer la colonisation naturelle. Il suffit de remplir un seau de l’eau d’une mare voisine et de le vider dans votre point d’eau. Une ribambelle de bestioles vont rapidement l’ensemencer.

Passez l’aspirinsecte dans la prairie!

Illustration de l'asprinsecte
L'aspirinsecte

Matériel: une paire de ciseaux, un marteau, un tournevis, un pot de confiture transparent, du scotch, deux petits tuyaux en plastique pour aquarium.

Comment faire: on commence par percer deux trous à travers le couvercle du bocal, en enfonçant le tournevis à coup de marteau. Les trous doivent avoir un diamètre équivalent à celui du tuyau en plastique. Enfiler le premier tuyau et scotcher un petit morceau de gaze au bout du tuyau d’aspiration qui se trouve sous le couvercle. Indispensable pour éviter que des insectes ne s’engouffrent dans votre bouche! Enfiler ensuite le deuxième tuyau, et bien scotcher les deux conduits sur le couvercle afin qu’il n’y ait pas de fuite d’air. Refermer le bocal, c’est le moment de partir à la chasse aux butineurs. A ne pas utiliser avec les papillons, le tuyau leur abîmerait les ailes.

L’astuce en plus: pour se faire la main, mieux vaut commencer avec les fourmis. Elles sont partout et faciles à attraper.

Sabrez le champagne en forêt!

Illustration de la bouteille de limonade
Un champagne pour petits et grands

Matériel: une ombelle de sureau, un bocal d’un litre, un citron, 100 g de sucre en poudre, une passoire, un entonnoir, une bouteille avec capsule.

Comment faire: cueillir une fraîche ombelle de sureau, en ne gardant que l’inflorescence. La mettre dans le bocal avec le sucre et le citron coupé en deux, puis verser un litre d’eau. Refermer le couvercle, mais sans le cercle de caoutchouc pour que la préparation respire. Laisser macérer au soleil une semaine, en secouant le bocal de temps en temps. Puis filtrer le contenu dans une bouteille et oubliez-la à la cave ou au frigo. Quelques semaines plus tard, une fois la gazéification achevée, débouchez et savourez cette incroyable limonade qui moussera comme un champagne. N’hésitez pas à en faire plusieurs litres, cette boisson se conserve au frais plusieurs mois.

L’astuce en plus: pour une version sangria, sans alcool bien sûr, on peut ajouter des fruits frais dans la limonade.

Texte © Migros Magazine – Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Corina Vögele (illustration)