Archives
20 avril 2015

La nouvelle Mazda2, un pur bonheur

Equilibrée, dynamique, il ne lui manque pas grand chose pour faire un sans-faute.

Mazda 2: Equilibrée, dynamique, il ne lui manque pas grand chose pour faire un sans-faute.
Mazda 2: Equilibrée, dynamique, il ne lui manque pas grand-chose pour faire un sans-faute.

C’est à Gingins (VD) que je suis allée chercher la nouvelle Mazda2. Sur le chemin du retour, j’ai fait un arrêt pour prendre mon ami Jean à Lausanne avec qui je me rendais sur les hauts de Neuchâtel. Comme nous étions en période de vacances, le trafic était assez fluide en cette fin d’après-midi et j’avais bon espoir d’arriver à Neuchâtel en moins d’une heure. Je me trompais.

Avec ce grand soleil, traverser les paysages du Nord vaudois est déjà agréable, mais avec la nouvelle Mazda2, c’est un véritable plaisir. Le moteur n’est pourtant pas celui d’une grosse cylindrée, mais il a été optimisé, à l’instar de sa carrosserie et de son châssis allégés. Résultat, la Mazda2 paraît plus puissante qu’elle ne l’est en réalité.

Détour par le Val-de-Ruz

En arrivant à proximité de notre destination, le bonheur éprouvé pendant le trajet a brutalement fait place au désemparement. Non pas que la voiture se soit montrée moins performante en milieu urbain, bien au contraire, mais l’entier du réseau routier s’est trouvé paralysé suite à l’accident d’une bétaillère dans les gorges du Seyon. Les voitures déviées engorgeaient la majeure partie du bas du canton et nous empêchaient de rejoindre le haut de la ville. Refusant de rester bloquée à attendre bêtement, j’ai décidé de prendre un chemin bucolique à défaut d’être logique. C’est ainsi que la jolie Japonaise s’est retrouvée à Coffrane après avoir traversé les tunnels qui passent sous la ville. Un drôle de trajet qui, pour relier le point A au point B, est passé par tout l’alphabet mais qui a eu le mérite, non seulement de nous faire profiter des belles lueurs de fin de journée sur le Val-de-Ruz, mais également de me conforter dans l’idée que la Mazda2 est une voiture d’exception.

Du design remarquable de son tableau de bord à ses capacités en passant par le volume de son coffre, la nouvelle Mazda2 m’a convaincue. Seul bémol, le manque de place à l’arrière et la carrosserie qui, bien que réussie, n’aurait rien perdu à être un poil plus audacieuse.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le tableau de bord de la Mazda2 est épuré.
Le tableau de bord de la Mazda2 est épuré.

Le tableau de bord
Epuré et superbement dessiné, le tableau de bord de la voiture testée se pare de cuirs noirs surpiqués de rouge, pour rappeler les sièges. Une fine ligne de chrome parcourt la longueur du tableau de bord, reliant deux bouches d’aération rondes, ce qui rappelle l’élégance des vieilles voitures américaines... avec la technologie en plus! (ordinateur de bord avec écran tactile couleurs, commandes au volant, manette multimédia, etc.).

Le coffre passe de 255 à 887 litres.
Le coffre passe de 255 à 887 litres.

Le coffre
Pour une petite citadine, la Mazda2 fait fort. En configuration 5 places, elle propose un volume de 255 litres qui atteint les 887 litres banquette rabattue.

Spacieux à l'avant, un peu moins à l'arrière.
Spacieux à l'avant, un peu moins à l'arrière.

L’intérieur
Confortable et accueillant, l’intérieur cumule les rangements et les petits détails esthétiques recherchés, comme des surpiqûres colorées sur la sellerie et le tableau de bord, des chromes soignés. A l’avant, le confort est optimal et les sièges offrent un très bon maintien. A l’arrière, l’espace aux jambes vient à manquer, mais les assises profondes atténuent le problème.

Technologie Skyactiv
La nouvelle Mazda2 s’illustre par son dynamisme, son agilité et sa faible consommation. Cela est en partie possible grâce à sa carrosserie et son châssis plus légers et plus robustes, et sa gamme de moteurs optimisés.

Le look
Un capot bombé, une calandre en écusson soulignée de chrome, des grands phares étirés en amande, des renflements fluides, la nouvelle Mazda2 sait s’imposer, mais son design affirmé ne tombe pas dans le cliché futuriste. Un joli modèle équilibré et dynamique, à l’image de ses performances. Le design aurait pu être un poil plus osé.

Texte © Migros Magazine – Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli