Archives
12 octobre 2011

La petite citadine espiègle

La Hyundail i10, économe en carburant, séduit par sa maniabilité.

Hyundai i10 de profil
Hyundai i10

N’ayant que très peu de temps pour tester la nouvelle i10 de Hyundai, je me suis décidée à rendre visite à une amie vivant à Leysin. En plus de son paysage automnal grandiose, la montée sinueuse qui relie Aigle à la station m’offrait un terrain de jeu parfait pour essayer le véhicule de la semaine sans aller trop loin.

Des virages en épingles, un ou deux croisements avec des cars de touristes, quelques feuilles mortes çà et là: le parcours idéal pour ce genre d’occupations. Soyons clairs, je ne m’attendais pas à un miracle. Le petit tricylindre de 69 chevaux n’est pas conçu pour le rallye de montagne et ce n’est d’ailleurs pas ce qu’on lui demande. Mais c’est parfois en sortant les choses de leur contexte qu’on en apprécie les atouts. Pour contrecarrer les faiblesses du moteur, il m’a fallu ignorer les recommandations de vitesse émises par le tableau de bord.

Principalement en deuxième, je devais parfois passer la première pour me sortir d’un virage en pente forte. Mes trajectoires hasardeuses n’aidant peut-être pas, j’ai aussi ressenti un petit mouvement de caisse, mais en s’appliquant un tantinet, on évite le problème avec facilité.

Que ce soit sur le petit chemin caillouteux qui mène au chalet de mon amie, sur une autoroute ou en pleine ville, l’espiègle i10 2011 s’en sort toujours, et plutôt bien.

Parfaite pour qui craint parcages, rues étroites et croisements périlleux, elle séduira aussi les petits budgets avec son prix incroyablement bas. Pour couronner le tout, la i10 2011 bénéficie d’un moteur très peu polluant et d’une consommation exemplaire qui rend les visites à la pompe quasi épisodiques!

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le coffre

Le chargement est facilité par un coffre étonnamment spacieux pour le gabarit du véhicule. La banquette arrière rabattable selon un rapport 60/40 se manipule avec aisance et permet d’augmenter le volume de chargement de 225 à 910 litres.

Le Blue-drive

Outre la réduction du nombre de cylindres, Hyundai a retravaillé sur l’aérodynamisme, la résistance des roulements des pneus et sur les ajustements de la commande électronique du moteur de la i10: consommation et émissions minimes!

Le tableau de bord

Simple et intuitif, pas de superflu et peu de caractère. Tout en rondeurs, les cadrans et les clapets d’aération rajeunisse un intérieur plutôt ordinaire. Il est toutefois possible d’égayer son habitacle avec de la couleur. Pour avoir vu la version rouge, l’effet est plutôt réussi et vivement recommandé!

Le moteur

Hyundai a décidé de pratiquer le downsizing sur son modèle i10 et de lui faire perdre un cylindre. Grâce à cette mesure qui préserve les performances, les émissions passent en dessous des 100 g de CO2 par km.

Le design

Compact et sympathique, la i10 est une 5 portes au design discret et épuré. Pour un peu plus de fantaisie, la marque propose d’habiller la carrosserie avec des autocollants aux motifs floraux ou abstraits.

Auteur: Leïla Rölli