Archives
14 octobre 2013

La petite électrique de Renault

Parfaite citadine et très peu gourmande en énergie, la Renault Zoe satisfait sur tous les points... du moins jusqu’à 100 km/h.

Renault Zoe
Recharger sa voiture à une prise électrique... tout simplement.

Dans «presque» toutes les circonstances, une voiture électrique, c’est vraiment génial. Ça ne consomme rien ou juste un peu de courant électrique, c’est silencieux, ça ne pollue pas (si l’on fait abstraction de l’énergie grise requise pour sa construction) et ça accélère sans à-coups. Comme une voiturette de golf, la Renault Zoe ne possède qu’une vitesse, ce qui fait que ses accélérations sont linéaires et que sa conduite est fort agréable. Dynamique à faible régime, la Renault Zoe connaît ses limites lorsqu’on prend le large.

Partant de Boudry et devant me rendre à l’est du Littoral neuchâtelois, j’ai pris l’option de passer par l’autoroute afin d’éviter le trafic et tester cette nouveauté de la marque française. Pied au plancher, je me suis introduite dans le flux important des voitures qui empruntaient la N5.

Malgré un départ en fanfare, la Zoe n’a pas réussi à atteindre les 120 km/h alors que le constructeur annonçait un chiffre de 135 en vitesse de pointe. Un timide 97 km/h, c’est tout ce que j’ai pu tirer de cette motorisation électrique, alors que la batterie était encore aux trois quarts pleine.

Mis à part ce sérieux désagrément, la batterie de la Renault Zoe permet tout de même une autonomie de quelque 140 km (le véhicule a été homologué à 210 km NEDC), ce qui n’est pas négligeable. En sillonnant la ville de long en large sans être avare de fortes accélérations, je n’ai pas eu besoin de recharger la voiture et l’ai rendue encore à moitié pleine après une semaine de bons et loyaux services.

Ludique et économique, pratique et simple à manœuvrer, Mademoiselle Zoe réalise un sans-faute en ville en s’illustrant en parfaite citadine. On dira qu’il suffit d’éviter les grands axes autoroutiers pour ne pas risquer d’être désappointé.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le tableau de bord

Tableau de bord avec système multimédia.

Sur la console se découpe un bloc asymétrique laqué dans lequel se trouve le système multimédia et les commandes de la ventilation. Epuré et sobre, le tableau de bord intègre aussi un casier pratique en dessus de la boîte à gants et des branchements pour smartphone.

Le coffre

Coffre d'un volume de 338 l, 1225 l lorsque la banquette est rabattue.

Il passe d’un volume raisonnable de 338 l à 1225 l lorsque la banquette est rabattue. Les dossiers des sièges arrière sont constitués d’une seule et même pièce, ce qui nuit à la modularité, car on ne peut pas baisser un seul dossier. Dommage.

La sécurité de la batterie

Rien n'a été laissé au hasard en ce qui concerne la sécurité de la batterie.

Des tests dits «abusifs» ont été réalisés sur la batterie. Feu, immersion, surcharge, combustion ou encore court-circuit interne, rien n’a été laissé au hasard, la batterie est conçue pour résister à la pire des situations.

Le look

Faussement petite, la Renault Zoe se distingue par son allure de citadine futuriste. Presque japonaise dans ses lignes, elle affiche un petit museau pincé dont les chromes ont été bleutés pour souligner son côté écologique.

La recharge

Sur pression de la clé ou en tirant une manette, le logo frontal, le fameux losange Renault, s’ouvre pour libérer la prise d’alimentation. Il suffit de brancher la voiture sur une borne de recharge. En 30 minutes, la Renault Zoe a déjà rechargé 80% de sa batterie.

Auteur: Leïla Rölli