Archives
26 décembre 2016

La postière au polar

Employée de longue date du géant jaune, la Bulloise Géraldine Lourenço a réalisé cette année un vieux rêve: publier son premier roman, intitulé «Les liens du sang».

Géraldine Lourenço dans la nature
Géraldine Lourenço utilise la nature pour se ressourcer.

«Quand j’écris, je m’évade…» Petite déjà, la Fribourgeoise Géraldine Lourenço, 46 ans, se plaisait à inventer des histoires. «A l’école, on avait dû rédiger un roman. J’avais adoré ça. Le prof m’avait déjà dit que j’avais de vrais talents d’auteur.»

Ce n’est pourtant qu’en 2002 que cette employée de la Poste à Bulle s’attellera à sa première fiction, à mi-chemin entre le polar, le drame et la romance.

Un jour, je me suis installée à mon ordinateur et je me suis mise à écrire, sans me douter que j’irai jusqu’au bout du roman. Puis les pages se sont enchaînées…»

En 2004, elle envoie son manuscrit à plusieurs maisons d’édition, sans succès. «Je l’ai rangé au fond d’un tiroir, et je n’y ai plus trop pensé.» Frappée par une tragédie familiale en 2006, la mort de son fils Grégory, elle abandonnera alors l’écriture pendant de longues années.

«Il y a une douzaine de mois, j’ai voulu redonner une chance à mon texte. Je l’ai envoyé à deux nouvelles maisons d’édition… et j’ai reçu deux réponses positives!» Depuis, elle assure en partie la promotion de son roman, le plaçant dans les librairies de la région et le vendant sur les marchés. «J’ai de bons retours. C’est la meilleure motivation pour écrire!»

Car la Bulloise ne compte pas s’arrêter là. «Je travaille déjà sur un deuxième livre, et j’ai plein d’idées pour la suite…»

A lire: «Les liens du sang», Ed. Vérone

Une journée avec Géraldine Lourenço

8 h 00: Le plein de vitamines

8 h 00: Le plein de vitamines

«Le matin, j’aime prendre un solide petit-déjeuner, afin d’être prête à affronter la journée. Je mange notamment des fruits et je bois un grand verre de jus d’orange.»

9 h 00: Bulle d’écriture

9 h 00: Bulle d’écriture

«Mes sessions d’écriture sont assez irrégulières. Je n’ai pas vraiment d’heure de prédilection, ça dépend de mes horaires de travail et de l’énergie à disposition. Lorsque j’écris, je m’installe confortablement dans mon lit, et je perds toute notion du temps.»

11 h 00: La nature pour alliée

«Je vais souvent marcher en forêt, surtout en été. Pour moi, ce n’est pas une question de sport, c’est avant tout un moyen de me ressourcer, de me vider la tête, de me déstresser.»

L’amour de la lecture

«Depuis l’enfance, la lecture est une de mes activités favorites. J’ai toujours un livre en cours: dès que j’en termine un, j’en commence un autre.»

14 h 00: Au boulot!

14 h 00: Au boulot!

«J’adore mon métier, même s’il a énormément évolué depuis que j’ai commencé il y a environ trente ans. J’en apprécie surtout le côté social: comme je travaille, à 60%, dans une petite poste de quartier, je connais bien mes clients.»

19 h 00: En famille

19 h 00: En famille

«Les moments passés avec mon fils de 22 ans sont toujours précieux. Surtout qu’il est très occupé, entre ses entraînements de foot et son travail à Berne. Nous nous retrouvons parfois le soir pour manger.»

20 h 00: Chantons en chœur

20 h 00: Chantons en chœur

«J’ai repris le chant il y a sept ou huit ans. Ce n’est pas la première fois que je fais partie d’une chorale. Cette activité me détend, me permet de libérer des tensions. Et puis, c’est un groupe très agréable!»

Texte: © Migros Magazine / Tania Araman

Auteur: Tania Araman

Photographe: Christophe Chammartin