Archives
10 juin 2013

La seconde vie des bouteilles en plastique

Migros développe son système de recyclage. D’ici à la fin de l’année, les clients pourront ramener en magasin les flacons vides de shampoing, de gel douche, de lessive et de produit d’entretien. Ceux-ci serviront à fabriquer des tuyaux de protection et des films plastique.

Martin Model tenant une vielle bouteille devant des montagnes de bouteilles à recycler
Martin Model, associé d’InnoPlastics SA.

Pour Martin Model, un des associés de la société InnoPlastics SA, qui exploite une installation de recyclage de bouteilles en plastique à Eschlikon (TG), un flacon de liquide vaisselle vide représente bien plus qu’un simple déchet: «Celui-ci est fabriqué en polyéthylène (PE), une matière première très recherchée. Ce serait du gâchis que de le brûler.»

Le produit fini est un granulat très convoité par l’industrie.
Le produit fini est un granulat très convoité par l’industrie.

Dans l’usine, les produits en plastique sont acheminés jusqu’à un broyeur. Une bande magnétique sépare alors les éventuels métaux des déchets. Les matériaux recyclés sont ensuite transformés en copeaux. Puis ces derniers sont trempés dans une grande cuve. «Le polyéthylène flotte à la surface, tandis que le reste coule», explique Martin Model. Les copeaux sont ensuite séchés avant d’être fondus dans une extrudeuse. «C’est ainsi que l’on obtient une sorte de long spaghetti», précise Martin Model. Enfin, celui-ci est coupé en petits morceaux. Le produit fini – un granulat très convoité par l’industrie des tuyaux et des films plastique – est prêt.

Le bilan écologique du processus est positif: «Nous économisons 2 kilos de CO2 et un litre de pétrole par kilo de matériaux recyclés», assure Martin Model dont l’entreprise mène une collaboration fructueuse avec Migros depuis des années et compte parmi les principales sociétés de recyclage des bouteilles de lait en PE.

Chaque année, 2000 tonnes de plastique en plus seront recyclées

Actuellement, Migros collecte déjà plus de 1000 tonnes par an de bouteilles de lait en PE dans toute la Suisse, et depuis 2009 déjà, Migros Lucerne teste un système de recyclage étendu à tous les flacons en plastique. L’expérience positive de la coopérative régionale a incité Migros à proposer un tel système de collecte sur l’ensemble du territoire. Première enseigne de distribution à lancer une initiative de ce type, Migros est ainsi fidèle à sa promesse formulée dans le cadre de la campagne Génération M: «Nous promettons de récupérer et de recycler, jusqu’à fin 2013, toutes les bouteilles en plastique.»

Les personnes qui ramèneront à Migros les flacons vides de shampoing, de gel douche, de lessive, de produit d’entretien, de savon et de lotion ou les bouteilles de vinaigre, d’huile et de sauce devront d’abord en expulser l’air, puis les reboucher. Toutes ces matières plastiques pourront ensuite être jetées au point de collecte, dans la même ouverture que les bouteilles de lait en PE. En revanche, il faudra continuer de jeter les briques Tetrapack, les gobelets, les tubes et les recharges avec les ordures.

Comme l’explique Heidi Oswald, chef de projet Ecologie à Migros, la collecte du PET n’est pas concernée par cette nouveauté: «Le PET recyclé est réutilisé pour fabriquer de nouvelles bouteilles. Il doit donc rester parfaitement pur.»

Migros table sur 2000 tonnes supplémentaires de flacons en plastique par an. Afin de faire face à cet afflux, le distributeur a entrepris de transformer les points de collecte de tous ses magasins d’ici fin 2013. Ceux-ci permettront de faciliter le tri des déchets – tout comme les nouvelles indications qui figureront bientôt sur les bouteilles en plastique. On pourra en effet y lire le même symbole que dans les stations de recyclage en magasin.

La logistique sera elle aussi améliorée: dès que les bacs des points de collecte seront pleins, un camion acheminera les matériaux à recycler vers les centrales de traitement. «Aucun trajet supplémentaire ne sera nécessaire», précise Heidi Oswald. Les conducteurs venus livrer les marchandises repartiront simplement avec les bouteilles collectées.

«Le surplus de bouteilles en plastique issues des magasins Migros pourrait sans problème être transformé dans mon usine», confirme Martin Model. Actuellement, il doit en effet importer des matières en PE de l’étranger, où davantage de plastique est collecté. «Si les fabricants de tuyaux ne reçoivent pas suffisamment de matières en PE recyclé, ils sont contraints de se rabattre sur des matériaux neufs fabriqués dans des pays lointains au prix d’importantes dépenses d’énergie.»

Auteur: Rolf Zenklusen

Photographe: Ueli Christoffel, Daniel Ammann