Archives
10 avril 2017

La sculptrice du sucre et du chocolat

En novembre dernier, la Valaisanne Barbara Gnazzo remportait l’or à la plus grande compétition mondiale de cake design, à Birmingham. Sa création? Un Guillaume Tell en pâte à sucre.

Barbara Gnazzo, championne du monde de cake design grâce à Guillaume Tell!

A la recherche de la perfection

Son Guillaume Tell en pâte à sucre et pâte de chocolat a permis à Barbara Gnazzo d’être l’une des gagnantes de la plus importante compétition mondiale de cake design, en novembre dernier. C’était à Birmingham (GB), au Salon international du Cake Design, où elle concourait dans la catégorie «International».

J’ai d’abord dû gérer les proportions. Puis réussir à donner un vrai regard au personnage, et rendre la pomme assez réelle pour qu’on ait envie de croquer dedans.»

Esthéticienne de métier, la jeune Valaisanne a découvert la pâte à sucre en 2012, grâce à son amie Martine Caillet: «Passionnée par les Etats-Unis, elle m’a proposé de suivre un cours avec elle. On ne s’est d’abord pas rendu compte du potentiel de cette matière. Puis on a voulu tester toujours davantage de formes…» Après leur premier Spiderman, les deux amies ont élargi leur palette de techniques et de saveurs durant deux ans, avant d’ouvrir leur atelier Cup’in.

En 2015, son amie lui propose de participer à un concours de cake design à Genève. L’annulation inattendue de l’événement pousse Barbara Gnazzo à présenter sa création, le lutin Gepetto, au Salon de Birmingham, quelques mois plus tard: elle remporte la médaille d’argent. Puis l’or il y a peu, cette fois-ci avec son héros helvétique. «Je suis très contente du résultat, même si les juges ont trouvé mes edelweiss trop épais…»

Une journée avec Barbara Gnazzo

8h00 Soins quotidiens

«Parfois, à l’institut, des clientes me demandent de faire un gâteau. Martine et moi sommes très complémentaires: elle imagine des goûts, tandis que je préfère le modelage des décorations.»

13h00 Le plein d’ingrédients

«En général, il y a toujours un moment où je dois vite aller faire les courses, avant qu’on puisse se lancer dans la confection des gâteaux et des décorations.»

16h00 Encore une bonne idée!

«Avec Martine, on ne cesse de s’envoyer des messages durant toute la journée: ça nous permet de partager les idées de décorations ou de gâteaux qui nous viennent à l’esprit, nos questions, des photos… on ne pourrait pas se passer de nos smartphones.»

19h00 Confection des gâteaux

«On donne souvent des ateliers le samedi et, dans ce cas-là, Martine et moi devons préparer les gâteaux à l’avance. On profite donc du vendredi soir pour les cuire, afin qu’ils refroidissent durant la nuit et qu’on puisse les décorer avec les clientes le lendemain. C’est aussi à ce moment-là que Martine prépare les ganaches qui garniront nos pâtisseries.»

20h00 Des ustensiles à foison

«Au début, on a commencé avec très peu de matériel. Mais au fur et à mesure, on a envie de tester de nouveaux styles, on découvre d’autres ustensiles dans les salons, et ça s’accumule! Quand on veut être un peu plus pro, on n’a pas le choix: on a besoin de matériel plus spécifique pour faire du bon travail.»

21h00 La passion de la création

«J’aime créer tout ce qui est féerique et qui n’existe pas vraiment. Cela me permet de laisser libre cours à mon imagination. Et comme j’apprécie particulièrement les détails très précis, j’adore la pâte de chocolat, qui permet un fini encore plus lisse que la pâte à sucre. Et les colorants en poudre, qui ont un fini plus fin et plus proche de la réalité que les gels et peintures comestibles.»

Texte © Migros Magazine – Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Isabelle Favre