Archives
14 décembre 2015

La séduction au premier regard

Racée et élégante, la nouvelle BMW Série 1 fait indéniablement son petit effet: sa carrosserie souligne son aérodynamisme et clame haut et fort sa sportivité et l’excellente qualité de sa machinerie.

La nouvelle BMW Série 1 photo
La nouvelle BMW Série .

Les moteurs tricylindres sont à la mode et on ne peut que s’en réjouir. A puissance égale, ces blocs amputés d’un cylindre conservent les mêmes performances que leurs équivalents qui en possèdent quatre, tout en polluant et en consommant moins. Alors que la grande majorité des véhicules qui bénéficient de cette technologie sont de petites citadines que je qualifie de «puces» (menues, faciles à parquer, légères et d’une cylindrée dépassant rarement les 1000 cm3), on remarque que des véhicules plus costauds cèdent aussi à la tendance.

C’est le cas de la nouvelle BMW Série 1 qui, parmi les douze moteurs au choix, propose trois tricylindres (un en version essence et deux en diesel), le reste des moteurs étant des quatre et des six cylindres. Pour ma part, ces petits moteurs ont parfaitement rempli leur contrat. Puissant, le tricylindre BMW m’a permis d’avoir de la réactivité et un dynamisme bondissant en ville mais également de réaliser des dépassements «pêchus» sur autoroute. Vous le savez si vous me lisez régulièrement, les dépassements rapides et précis sont pour moi une garantie de sécurité. Lorsqu’on double un tracteur sur une route de montagne, mieux vaut ne pas trop traîner sur la piste de gauche. Avec la Série 1, aucun problème à ce niveau. La Série 1 est aussi rassurante de par sa grande stabilité et toutes les options de sécurité dont elle dispose, à l’instar de l’alerte anti- franchissement de ligne ou de son système «park assist» qui gare la voiture presque sans intervention humaine.

Pas de quoi faire la fine bouche

Au niveau du confort, difficile de critiquer un intérieur BMW. Les finitions sont parfaites, les assises offrent un juste maintien et les matériaux sont de qualité supérieure. Pour râler un peu, je dois avouer que la sellerie mouchetée noir et gris, mêlant tissu et cuir, de la voiture de test faisait un peu vieillot à mon goût, mais il existe dix revêtements au choix et tout autant d’habillages différents pour le tableau de bord. Chacun devrait donc y trouver son bonheur.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le look
Racée et élégante, la BMW Série 1 cinq porte portes fait son petit effet. Avec sa double calandre cerclée de chrome,sa large prise d’air et ses reliefs de carrosserie qui soulignent son aérodynamisme, elle clame haut et fort sa sportivité et la haute qualité de sa machinerie. Alors évidemment, on pourra lui reprocher de manquer d’originalité puisque toutes les voitures de la marque bavaroise ont la même tête, même après restylage, mais lorsqu’un design fonctionne aussi bien, il serait bête de vouloir s’en éloigner.

Le tableau de bord
Tourné vers le conducteur, le tableau de bord est ergonomique et intuitif. On y trouve beaucoup de chromes, lisses ou texturés, des plastiques mats de bonne qualité et un insert laqué pour mettre en valeur les deux barrettes de commandes audio et de ventilation. On notera également la présence d’une molette à proximité du pommeau de vitesses qui permet de naviguer plus facilement dans les différents menus de l’ordinateur de bord, qui dispose de toutes les dernières technologies.

Sélecteur du mode de conduite
Jouxtant le pommeau de vitesses, une touche permet de choisir entre trois types de conduite: le mode Confort, qui présente les réglages standard du moteur et de la boîte de vitesses pour les modèles automati­ques, le mode ECO PRO, qui limite consommation (jusqu’à 20%) et émissions en bridant quelque peu les performances mais aussi en agissant sur la climatisation, le chauffage et l’itinéraire (!), et pour finir le mode Sport pour une conduite moins économe mais plus dynamique.

Le coffreGénéreux, le coffre s’ouvre sur un espace de 360 l de volume en configuration 5 places et s’étend à 1200 l banquette rabattue. Les dossiers arrière se baissent individuellement selon un rapport 40/20/40, le siège central baissé se transforme alors en trappe de chargement et permet, par exemple, de transporter paires de skis ou club de golf sans empiéter sur le confort des deux passagers arrière.

L’habitacleAussi confortable que soigné, l’intérieur de la Série 1 fait honneur à la marque en proposant des matériaux de qualité supérieure. Plusieurs petits rangements prennent place dans les portières, sur la planche de bord ou dans l’accoudoir central. Les passagers arrière disposent d’un espace aux jambes acceptable avec, en sus, une double bouche d’aération au dos de l’accoudoir central qui leur permet de bénéficier directement de la climatisation ou du chauffage.

Texte © Migros Magazine – Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli