Archives
29 août 2016

La sentinelle des alpages

Les marmottes font partie de nos paysages. Mais si on ne les trouve plus qu’en montagne, c’est sans doute sous la pression de l’homme, qui les a éradiquées des plaines dès la Préhistoire. Ce petit animal était en effet une proie facile et nuisait aux débuts de l’agriculture.

Des marmottes qui sortent de leur terrier
Très gourmandes, les marmottes sortent de leur terrier pour se nourrir.

Les marmottes appartiennent à la grande famille des rongeurs. Celles des Alpes vivent entre 1300 et 3000 mètres. Au Canada, les marmottes s’appellent des «siffleux». En raison du fameux sifflement qu’elles poussent pour avertir les congénères d’un danger imminent, et qui peut s’entendre à plusieurs kilomètres.

Elles communiquent aussi par les odeurs qu’elles sécrètent. Afin de se constituer une réserve de graisse suffisante pour l’hiver, les marmottes se nourrissent d’herbes, d’araignées, d’insectes et de vers.

Elles sortent de leur terrier pour se nourrir surtout le matin. Mais s’il fait trop chaud, elles préfèrent rester au frais dans leur trou et jeûner.

Leur terrier, qu’elles creusent grâce à de longues griffes aux pattes avant, est composé d’un vaste réseau de galeries, avec un nid tapissé d’herbes sèches. Elles le creusent en général près d’une prairie bien ensoleillée et à la vue bien dégagée pour mieux repérer les prédateurs.

Les marmottes hibernent pendant six mois. La température de leur corps descend alors à 5 degrés. Leur cœur ne bat plus que 20 fois par minute – contre 200 en été.

A Zermatt (VS), on raconte que les marmottes sortent de leur trou à la Saint-Joseph, c’est-à-dire le 19 mars. Les marmottons naissent au début du mois de juin. Les portées comptent de trois à sept petits.

Auteur: Laurent Nicolet

Illustrations: Bunterhund,