Archives
9 mars 2014

La TV sur internet, une dévorante histoire

Entre la petite lucarne et la grande toile l’idylle était programmée. Qui va manger l’autre? A vos paris.

De média de masse, la télévision est en train de se transformer en fournisseur de programmes à la demande.
De média de masse, la télévision est en train de se transformer en fournisseur de programmes à la demande. (Photo: Getty Images)

La télé des familles prend l’eau et le canapé du salon la poussière. A chacun désormais son écran, peu importe le support. A chacun son programme et ses horaires. A cause ou grâce, comme on voudra, à sa majesté internet. Entre la petite lucarne et la grande toile l’idylle était programmée.

D’abord à travers la «Catch-up TV», en bonne langue intelligible: télé de rattrapage. Consistant à regarder des émissions ou des séries comme et surtout quand ça nous chante. Soit via la touche replay disponible chez la plupart des opérateurs, soit sur le site internet d’une chaîne préférée.

Le phénomène est tel que certains prédisent déjà un changement radical dans l’offre. Directeur de la chaire d’économie numérique à Paris-Dauphine, Dominique Roux, expliquait récemment dans les colonnes de la Tribune de Genève qu’à la fin «seuls les grands événements notamment sportifs, type finale de Coupe du monde, resteront en direct à la télé».

L’autre aspect de la télévision sur le Net, ce sont des sites proposant en vision directe sur ordinateur, tablette ou smartphone, un bouquet de chaînes. C’est le cas par exemple de Zattoo ou de Teleboy qui offrent une centaine de chaînes accessibles gratuitement, avec coupures publicitaires, ou selon un système payant mais sans réclame et avec une meilleure qualité d’image.

Le bon vieux téléviseur du salon familial n’a pourtant peut-être pas dit son dernier mot. La plupart des modèles actuels sont équipés pour être connectés à internet. Tant qu’à la fin entre la télé et le net on ne va plus pouvoir distinguer qui a mangé l’autre.

© Migros Magazine – Laurent Nicolet

Auteur: Laurent Nicolet