Archives
26 février 2015

La vérité sur New York

Et vlan! Retour à New York la givrée, la séductrice, la putain. (Je reviens de Montréal où les cœurs sont bouillants et l’hiver si profond). Givrée, séductrice, putain, oui, allons-y dans l’ordre.

Banquise et vue sur les gratte-ciels de New-York
New York a toujours eu un grain de folie et est aujourd'hui particulièrement givrée...

Si vous n’étiez pas sur la Lune ces trois dernières semaines, vous avez vu, partout, ces photos de Manhattan enrobée de glace. East River, Hudson, telles des banquises, ciselées par des ferries filant au ralenti. New York l’été, Central Park, les écureuils et les couchers de soleil, c’est beau. New York comme ça, paralysée de blanc et feignant l’agonie, ça confine au sublime. Pour qui feuillette son journal au coin du feu dans un bar après-ski.

Vue sur la statue de la Liberté et l'eau gelée à ses pieds
La statue de la Liberté a-t-elle froid aux pieds?

Pour les autres, donc pour les 8,3 millions d’esquimaux (20 millions la journée) qui déambulent dans ses avenues venteuses, c’est une tout autre histoire. Il est important que vous sachiez qu’il n’avait plus fait aussi froid à New York à cette époque depuis 1950. 2°F (-16,6°C) enregistrés vendredi dernier. On fait fois deux avec le «wind»? «It was a F-f-f-f-friday f-f-f-f-for the r-r-r-record book», comme l’a si bien bégayé le Daily News.

Il est important que vous sachiez, aussi, que lorsqu’il fait si froid dehors, dedans, je veux dire à l’intérieur de mon appartement - et dans beaucoup d’autres logements new-yorkais dont l’isolation, l’état de la chaudière et les portes laissant passer le vent sont une évidente manifestation d’indécence pour un pays développé - il y a de la glace collée sur ta vitre le matin. «Mais! Chez moi… en Russie… on se prépare à l’hiver!», s’indignait mon voisin moscovite du rez-de-chaussée dont les radiateurs avaient évidemment choisi ce pic de froid pour flancher.

Mon voisin n’avait, en réalité, aucune raison de se plaindre. Mes parents (qui sont venus nous rendre visite au Pôle Nord), eux, pourraient. Ils ont loué un charmant petit appartement sur Airbnb. Jessica, la locataire, avait eu l’honnêteté de nous prévenir pour deux choses. «Février est le mois que j’aime le moins à New York. C’est pour ça que je pars en Argentine.» Et: «N’hésitez pas à allumer le chauffage d’appoint.» 5 sur 5.

Ce qu’elle n’a pas dit - mais le savait-elle?: c’est que le plafond rafistolé pouvait à tout moment se transformer en douche. Un beau matin, très tôt, trop tôt, il y eut des bulles, des cloques, des «schprüt!», des «cloutch!» et des «cratch!», les premières gouttes au pied du lit, puis l’épanchement, le déluge pour ainsi dire. Valse des seaux pour éviter l’inondation. C’était à l’avant-veille du départ: on a donc évité le pire.

La plupart des New-Yorkais ne seront pas étonnés de l’anecdote. Ils la connaissent, leur ville. Charmante. Magnétique. Aguicheuse. La plus belle de toutes en vitrine. Mais toujours prête à vous tromper dans l’arrière-boutique. Et comme avec les dames, le pire, c’est qu’on en redemande.

Texte © Migros Magazine | Xavier Filliez

Auteur: Xavier Filliez

Photographe: Xavier Filliez