Archives
22 mai 2017

La vie est dans le pré

Les produits Terrasuisse de Migros proviennent d’agriculteurs suisses qui œuvrent pour la protection de l’environnement et la promotion de la biodiversité. La ferme du paysan Christian Schürch est un bel exemple de cet engagement.

Christian Schürch
Christian Schürch est un agriculteur heureux dans son royaume fait de prairies et de haies vives, où butinent les abeilles et gambadent ses chèvres.

Markus Jenny, depuis 2008, la station ornithologique de Sempach soutient Migros et IP-Suisse dans la promotion de la biodiversité. Quels progrès ont pu être dernièrement réalisés?

Ces cinq dernières années, les producteurs IP-Suisse ont valorisé 1400 hectares de leurs terres cultivées en champ de fleurs à la biodiversité très riche, 120 hectares de haies vives et 90 hectares de jachères florales en faveur des oiseaux et des papillons. Une multitude d’espèces profitent de cette prestation.

Les intérêts économiques et la promotion de la biodiversité sont-ils compatibles?

Bien sûr. Une grande biodiversité et des habitats naturels intacts représentent des plus-values écologiques. Cela explique que les prix des produits soient plus élevés pour les agriculteurs. Les consommateurs doivent également être prêts à acheter davantage d’articles fabriqués dans le respect de l’environnement et de la biodiversité.

Les consommateurs identifient-ils la valeur ajoutée de la biodiversité?

De nombreux consommateurs n’ont guère conscience de la valeur ajoutée en faveur de la biodiversité derrière Terrasuisse. Il est donc essentiel de déployer encore plus d’efforts de communication pour établir un lien entre la diversité des espèces et des habitats et la production de denrées alimentaires saines et locales.

Il fait particulièrement frais ce matin à la ferme Neuhof de Reinach, dans la banlieue de Bâle. Quelques têtes blondes bravent déjà le froid pour courir sous les tilleuls géants, s’amuser avec les vélos et voitures qui les attendent et sauter sur le trampoline. Non, ce ne sont pas les petits-­enfants du fermier Christian Schürch et de sa femme – ce sont de parfaits petits inconnus, venus avec leur papa ou leur maman. Christian Schürch s’en réjouit: «Cela fait partie de notre concept: que chacun puisse regarder la traite, caresser les chèvres ou observer les cochons nains. Nous favorisons sciemment les habitats naturels. Pour les animaux et les végétaux, mais aussi pour les hommes.»

Depuis dix ans à Migros

Depuis 1994, Christian Schürch exploite la ferme Neuhof en famille. Dès le départ, il s’est engagé en faveur du développement durable sur son exploitation, relevant le défi de marier protection de la nature et production – deux notions pourtant fort éloignées. Il est donc devenu membre d’IP-Suisse, une association fondée à la fin des années quatre-vingt dans l’objectif de minimiser la pollution des sols et des cours d’eau causée par l’agriculture. IP – l’abréviation de «Integrierte Produktion» (production intégrée) – est disponible à Migros depuis dix ans sous le label de Terrasuisse. Les agriculteurs certifiés IP-Suisse veillent dans leur travail à préserver l’environnement et les habitats naturels. «Concrètement, cela signifie par exemple que, chez nous, les bêtes vivent exclusivement dans des stabulations leur permettant de se mouvoir librement – et aussi au grand air», affirme notre paysan.

Equité pour tous les acteurs

Outre les 600 poules, les 50 vaches, les poneys, ânes, chèvres et cochons nains, la ferme compte 70 hectares de terrain. Christian Schürch en a converti plus de 10% en surfaces écologiques – en haies vives, en champs de fleurs sauvages ou en jachères florales. «Ce sont des espaces naturels qui ne sont en partie pas entretenus pendant plusieurs années afin que végétaux et animaux y trouvent un abri et un habitat. Cela permet d’encourager la biodiversité, assure l’agriculteur. Notre terrain abrite des lapins et des renards, des faons et d’autres espèces d’oiseaux rares, comme le saxicola rubicola ou l’alouette des champs. Lorsque le pavot fleurit, les très nombreux randonneurs qui passent par nos chemins à travers champs sont ravis du spectacle qu’offre cette sublime robe rouge.»

Afin de mettre en évidence l’intérêt d’une telle production proche de la nature, IP-Suisse travaille sur un système à points sophistiqué: un catalogue de mesures a été élaboré en collaboration avec la station ornithologique de Sempach et Migros, principal acheteur des produits IP-Suisse. Celui-ci réunit au total quarante possibilités de promotion de la biodiversité. A chaque mesure mise en œuvre, l’agriculteur gagne un certain nombre de points. A partir de 17 points, il est autorisé à produire sous le label IP-Suisse. «La moyenne des paysans qui bénéficient du label est de 23 points, explique Christian Schürch, en poste au comité de direction d’IP-Suisse depuis plus de vingt ans. Nos agriculteurs ont manifestement beaucoup fait en matière de climat, de préservation des ressources et d’équité. Je souhaiterais que l’on soit aussi plus justes envers nous, les agriculteurs, et que l’on accorde à nos produits l’estime qu’ils méritent, même s’ils sont un peu plus chers que les articles importés – une réalité malheureusement inévitable en Suisse.»

Plus d'informations sur les sites www.ipsuisse.ch et www.terrasuisse.migros.ch/fr

La maison de Christian Schürch se trouve sur un domaine de 1400 hectares.
Le champ de fleurs sauvages du domaine attire de nombreuses abeilles.
Christian Schürch élève aussi quelques chèvres.

Auteur: Janine Wagner

Photographe: Tobias Sutter