Archives
14 octobre 2013

La vignette à 100 francs: trop cher?

La hausse de 150% de la taxe autoroutière prévue pour assurer le financement de la reprise de 400 km de routes cantonales par la Confédération est loin de faire l’unanimité. Le projet passera-t-il l’épreuve des urnes le 24 novembre?

L'augmentation du prix de la vignette autoroutière de 40 à 100 francs est soumise en votation.
Le prix de la vignette doit-il passer de 40 à 100 francs? Le projet est menacé de toutes parts.

C’est une hausse massive, puisqu’elle atteint 150%. L’augmentation du prix de la vignette de 40 à 100 francs soumise en votation le 24 novembre ne fait pas l’unanimité. C’est un fait: le projet défendu par la ministre des Transports Doris Leuthard est menacé de toutes parts.

Pourtant, tout avait bien commencé. La gauche et la droite du Parlement s’étaient entendues sur cette hausse appelée notamment à financer la reprise de 400 kilomètres de routes cantonales par la Confédération ainsi que des projets de contournements de localités, tels celui du Locle ou de La Chaux-de-Fonds. Avec 300 millions de francs d’apport par année, le nouveau tarif du sésame autoroutier doit donc permettre de mener à bien divers projets.

Qu’ont donc à redire les opposants? A droite, l’UDC et les organisations routières, le Touring club suisse (TCS) en tête (lire interview), s’insurgent contre une augmentation abusive qui ne serait somme toute pas destinée à des tronçons autoroutiers. A gauche, les Verts et l’ATE (Association transports et environnement) craignent que l’on favorise le bétonnage du pays.

Dans le camp des pour, où l’on trouve des élus de gauche comme de droite, à commencer par l’ancien conseiller national et désormais ministre, l’UDC neuchâtelois Yvan Perrin, on met en garde: le financement du nouveau réseau routier ne sera possible que si la hausse est acceptée. Un refus reviendrait à bloquer une kyrielle de projets. Et puis, souligne Doris Leuthard, le prix de la vignette n’a pas bougé depuis 1995. Même à 100 francs, il reste modéré en comparaison avec l’étranger. Le peuple dira le 24 novembre s’il est d’accord.

Peter Goetschi, président du TCS.
Peter Goetschi, président du TCS.

Peter Goetschi, président du TCS.

«Cette hausse n’amène pas de plus-value pour les usagers de l’autoroute»

La hausse du prix de la vignette à 100 francs permettra d’investir dans de nouveaux aménagements routiers. Pourquoi le TCS s’y oppose-t-il?

Tout simplement parce que ce projet est une tromperie. Un tiers de l’argent récolté servira à financer l’entretien et l’exploitation de quelque 380 km de routes existantes que la Confédération reprend des cantons. On demande donc aux automobilistes de prendre en charge des coûts jusqu’à présent assumés par les cantons et financés au moyen de la taxe automobile! Le solde sera utilisé en priorité pour financer trois contournements de localité.

Le projet prévoit une augmentation de la vignette autoroutière sans proposer des investissements sur les autoroutes, là où les automobilistes perdent chaque année 
20 000 heures dans les bouchons.

Doris Leuthard est pourtant formelle: un refus bloquera la poursuite d’études de projets de contournements autoroutiers, tel celui de Morges...

Une hausse de la vignette ne permettrait en aucun cas de financer ces infrastructures. Au contraire. La Confédération a d’ores et déjà annoncé qu’il faudra une augmentation de la surtaxe sur les carburants pour ce faire. Or, elle encaisse déjà plus de 9 milliards auprès des usagers de la route. De cette somme, moins d’un tiers est effectivement réinvesti dans la route. Il s’agit de dire stop à toute nouvelle augmentation. Nous demandons la création d’un Fonds d’infrastructure routier ancré dans la Constitution, sur le modèle du Fonds ferroviaire. Le développement de la mobilité est tel qu’il faut agir maintenant et investir en parallèle dans l’infrastructure ferroviaire et routière, à armes égales.

En France et en Italie, les autoroutes sont payantes. On s’en sort plutôt bien, en Suisse, non?

Pourquoi ne pas faire la comparaison avec l’Allemagne, la Belgique ou les Pays-Bas, là où l’usage de l’autoroute est gratuit?

Le prix de la vignette est inchangé depuis 1995. L’augmenter n’est-il pas logique?

Une hausse est logique lorsqu’elle amène une plus-value pour l’usager. Là, les politiques proposent d’augmenter de 150% une taxe sans apporter de véritable amélioration sur le réseau autoroutier.

Utilisation des infrastructures autoroutières dans l'Union européenne.

En jaune: coût selon la durée (vignette). Vert: coût selon la distance (barrière électronique). Rouge: coût selon la distance (barrière physique. Rose: ni barrière, ni vignette. Rayé blanc-jaune: coût selon la durée (vignette, en préparation).
En jaune: coût selon la durée (vignette). Vert: coût selon la distance (barrière électronique). Rouge: coût selon la distance (barrière physique. Rose: ni barrière, ni vignette. Rayé blanc-jaune: coût selon la durée (vignette, en préparation). (Illustration: EuroGeographics 2001 for the administrative boudaries)

En jaune: coût selon la durée (vignette). Vert: coût selon la distance (barrière électronique). Rouge: coût selon la distance (barrière physique. Rose: ni barrière, ni vignette. Rayé blanc-jaune: coût selon la durée (vignette, en préparation). (Illustration: EuroGeographics 2001 for the administrative boudaries)

Auteur: Viviane Menétrey

Photographe: Istockphoto,