Archives
24 février 2014

La voiture familiale qui a du caractère

Le nouveau Renault Scenic, grâce à son design, se forge une image plus citadine.

Renault Scenic
Le nouveau Renault Scenic

Samedi midi. Le ciel est gris mais l’appel de la montagne est plus fort que l’envie de rester en plaine à déprimer devant la télé. Partant de Neuchâtel avec Jean, nous sommes d’abord allés à Genève pour faire réparer un ordinateur avant de mettre le cap sur Nendaz. Le voyage fut long, près de 4 heures, mais constituait un excellent test pour la nouvelle Renault Scenic que je conduisais cette semaine-là.

Leïla Rölli, chroniqueuse automobile. (Photo: Joëlle Neuenschwander)

Moi qui ai facilement mal au dos si je reste trop longtemps dans la même position, je n’ai senti aucune gêne pendant le trajet. En plus d’arborer de belles finitions et un habitacle frais et harmonieux, le nouveau Scenic est aussi très confortable. Pourtant la position de conduite est assez droite, pour gagner de la place, mais aussi pour mieux dominer la route. Ça ne plaira pas à tout le monde mais moi je m’y suis sentie très à l’aise. Au niveau du comportement aussi, le Scenic est confortable. Les suspensions choient les occupants et les réactions, bien qu’elles ne soient pas ahurissantes, sont tout à fait convenables. Mais le plus appréciable, c’est qu’on se sent en parfaite sécurité.

De gros flocons et une route recouverte de neige nous attendaient à la station. En montant la rue qui menait à notre logement, j’avais un peu de souci. Une voiture en difficulté avait activé ses feux de panne et tentait désespérément de grimper la pente alors que des touristes chaînaient leurs voitures, la mine inquiète. Heureusement pour nous, le Scenic est téméraire et j’ai l’habitude de ce genre de situations. Les légers patinages ressentis témoignaient de la dangerosité de la route, mais étaient solidement maîtrisés par le système d’assistance à la conduite.

Finalement c’est avec assez de facilité que nous sommes arrivés à destination. Je soulèverais tout de même un petit bémol: grâce à l’ordinateur de bord, je pouvais suivre ma consommation en détail et force est de constater que les chiffres annoncés par le fabricant étaient un peu trop optimistes. La faute à ma conduite sportive, sans doute.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

L'ordinateur de bord

L'ordinateur de bord.

Le système multimédia est doté d’un écran tactile 7’’ qui se commande aussi grâce à une télécommande intégrée à la console centrale, à hauteur de cuisse. Très vaste, il donne accès à des informations comme des alertes de zones à risques, la limitation de vitesse, des points d’intérêt, et permet aussi de surveiller sa consommation.

Les rangements

Chaque occupant dispose d’une multitude de rangements ingénieux et pratiques. Parmi eux, une boîte à gants réfrigérée de 11 l, des trappes sous le plancher, des porte-gobelets et autres aumônières. Au total, ce sont 86 l de volume disponible. Le petit plus, deux tablettes rabattables dissimulées dans le dossier des sièges avant, comme dans les avions!

Le look

Une nouvelle calandre, un logo agrandi sur fond noir laqué, un air plus agressif aussi. Le nouveau Scenic se forge une image forte, plus contemporaine, plus citadine. Grâce à ce nouveau design, on ne choisit plus uniquement cette familiale pour son côté pratique, mais aussi pour son caractère.

La modularité

Le coffre offre un espace de 1870 l si l'on ôte la rangée de sièges arrière.

Le coffre de 555 l passe à 1870 l en ôtant complètement la rangée de sièges arrière. Si ceux-ci basculent avec facilité, il faut avoir des bras solides pour les extirper de l’habitacle. Le siège passager avant peut aussi basculer pour libérer un espace de chargement de plus de 2,5 m allant du coffre à la boîte à gants.

Le jeu de phares

Les feux avant au Xénon arborent des courbes presque végétales alors que les feux de jour LED renforcent l’agressivité de la voiture par des lignes strictes, sublimées par des chromes anguleux. Les feux arrière en forme de boomerang renforcent l’image «jeune» du Scenic.

Auteur: Leïla Rölli