Archives
16 janvier 2012

La voiture qui fait tout

La nouvelle Volvo V60 D3 est un véritable robot qui calcule les trajectoires, évite les obstacles et détecte les véhicules dans les angles morts.

Volvo V60 D3
La nouvelle Volvo V60 D3, un véritable robot.

Ayant testé la version précédente de la V60 D3, je trépignais d’impatience de découvrir cette nouvelle mouture. Comme avec son prédécesseur, les sensations de sécurité, de puissance et de bien-être sont au rendez-vous, mais, pour être honnête, la différence de performances est si subtile que je n’ai pas été capable de déceler un véritable changement dans son comportement, déjà exemplaire à l’époque. Même fluidité dans le passement des vitesses grâce à la boîte manuelle Geartronic, même plaisir de conduite. Elle consomme un poil moins, mais avec un volume de réservoir de près de 70 l, les visites à la station-service restent douloureuses.

Outre ses fonctions déroutantes qui réduisent considérablement la tâche du conducteur, comme un tempomat intelligent qui s’adapte à la vitesse du véhicule qui le précède, la V60 semble également posséder des facultés surnaturelles. Alors que le sol se muait en patchwork de neige, de glace et de papette, j’avais l’impression de rouler sur une route totalement sèche! Et pourtant, le bitume, transformé en patinoire, s’amusait à faire danser les piétons et patiner les automobiles. Dans le dessein de m’assurer que je n’étais pas victime d’une quelconque hallucination, je me suis mis en tête de pousser ces performances sur des routes qui demandent une certaine vigilance. L’anti-patinage et les divers systèmes complexes de calcul de trajectoire rectifiaient les aléas de la conduite hivernale comme par magie. Toutefois, mon plaisir a quand même été entaché par le frein à main électrique. Un petit bouton qui remplace le manche traditionnel, à l’instar de bon nombre de modèles actuels. Les virages comme au raid des neiges, ça ne sera pas pour cette fois!

Petit détail, mais non des moindres, le prix du modèle d’entrée de gamme chute de plus de 7000 francs. On remercie le franc fort et l’amortissement des technologies.

Le look

Une belle silhouette aux détails soignés, une pointe d’élégance pour adoucir son profil sportif… faut-il encore aimer les breaks!

La Volvo V60 D3 offre des rangements pratiques.
La Volvo V60 D3 offre des rangements pratiques.

L’habitacle

Confort, esthétisme, qualité et quelques rangements pratiques çà et là, (porte-lunettes, gobelet, boîte à gants éclairée et verrouillable, coffre gigantesque). Difficile de trouver la motivation de quitter son siège, chauffant de surcroît. On en viendrait presque à apprécier les embouteillages.

Si on ne réagit pas, le système coupe les gaz pour éviter le choc.
Si on ne réagit pas, le système coupe les gaz pour éviter le choc.


La sécurité

Le franchissement de lignes blanches est signalé si le clignoteur n’est pas préalablement actionné. Des alertes préviennent quand un véhicule se trouve dans l’angle mort ou si les distances de sécurité ne sont pas respectées. En dessous de 30 km/h, le City Safety analyse la chaussée grâce à un laser. En cas de risque imminent de collision, les freins sont préchargés. Et si on ne réagit pas? Le système coupe les gaz pour éviter le choc.

Un écran couleur haute résolution.
Un écran couleur haute résolution.

L’ordinateur de bord

Toutes les informations s’affichent sur un écran couleur 7’’ haute résolution. D’une simple pression sur le bouton «MY CAR» de la console centrale on accède à tous les paramètres du système multimédia: sécurité, confort, navigation, téléphone, caméra de recul… Et, à l’arrêt, DVD et télévision numérique! Ou comment contrôler son monde avec une molette.

Un moteur à cinq cylindres.
Un moteur à cinq cylindres.

Le moteur V60 D3

La voiture s’allège d’une dizaine de kilos et quelques sensibles améliorations sont à noter sur ce nouveau moteur qui, comme son prédécesseur, a la particularité de posséder 5 cylindres. Etrangement, on perd 0,2 seconde à l’accélération de 0 à 100, mais la consommation s’amenuise de quelques décimales, passant de 6,1 à 5,7 l aux 100 km.

Auteur: Leïla Rölli