Archives
2 mars 2015

Le 4X4 qui se joue des clichés

La Seat Leon ST 4Drive se révèle être un break redoutable, taillé pour les aventuriers et les amoureux du voyage.

Seat Leon ST 4Drive parquée devant une maison.
La Seat Leon ST 4Drive est un beau break au caractère bien trempé.

L’idée des 4x4 qui relâchent des quantités astronomiques de CO2 dans l’atmosphère est encore très ancrée dans l’imaginaire populaire. La Seat Leon ST 4Drive testée cette semaine vient s’ajouter aux nombreux modèles qui vont à l’encontre de ce cliché. Avec seulement 124 g de CO2 relâchés aux 100 km, ce break musclé prouve qu’une autre vision du tout-terrain est possible.

Pour tester mon véhicule de la semaine et pour profiter des belles conditions, je n’ai pas hésité à filer à la montagne avec une amie pour passer un week-end ponctué par de fortes chutes de neige. La route était dégagée pour monter à Nendaz, mais la chaussée brillait sous la lumière des phares, ce qui laissait présager du verglas.

A bord, c’est comme si nous roulions sur route sèche. Comme il n’y avait personne, ni devant ni derrière nous, j’ai freiné et accéléré à différents endroits pour mieux jauger les réactions du véhicule.

La Seat Leon ST 4Drive a parfaitement rempli sa mission.

En plus d’être parfaitement sûre, elle transmet aux occupants cette impression de sécurité et, croyez-moi, ce sentiment est primordial pour conduire en toute quiétude.

En arrivant au chalet, nous nous sommes parquées en haut d’un chemin non déblayé et particulièrement raide. Si la montée s’est faite avec grande aisance, le départ fut un peu plus périlleux. Après les fortes chutes de la nuit, la voie était recouverte d’une vingtaine de centimètres de neige fraîche et le 4x4 de la Leon ST en a un peu souffert.

Même en étant extrêmement prudente, le véhicule a glissé sur un petit mètre à l’endroit où la pente était le plus raide. Très vite la voiture a repris sa stabilité, me confortant dans l’idée d’être dans un véhicule particulièrement réactif sur terrain dangereux. D’ailleurs, au vu des difficultés rencontrées par quelques autres usagers présents dans la station, la Seat Leon ST 4Drive n’a pas à rougir de cette mésaventure anecdotique.

Et dans la vraie vie, elle est comment, cette voiture?

Le tableau de bord
Le tableau de bord

Le tableau de bord
Le tableau de bord est lisible, simple d’utilisation et très sobre, presque austère. Les designers ont toutefois fait l’effort du détail, avec des chromes et des surpiqûres rouges autour du volant et du levier de vitesses ainsi qu’un rétroéclairage LED accordé (uniquement sur certaines versions), mais l’originalité vient à manquer sur la console dans sa globalité.

4Drive
La technologie 4Drive se traduit en une transmission intégrale dernier cri. Peu importent les conditions de la route, le 4Drive analyse et réagit de manière appropriée pour répartir la puissance intelligemment entre roues avant et roues arrière. De plus, la Seat Leon ST est équipée d’options de sécurité passives et actives de dernière génération qui en font un véhicule particulièrement stable et sûr.

Le coffre
Le coffre

Le coffre Grâce à une astucieuse poignée accessible depuis le coffre, la banquette arrière se rabat en un éclair de seconde. En configuration 5 places, le coffre de 587 l dissimule un espace de rangement sous son plancher qui augmente le volume utile de 100 l. Banquette rabattue, c’est 1470 l d’espace qui se libèrent. En option, le siège passager avant peut également se coucher, idéal pour transporter des objets très longs, comme une échelle ou les montants d’une armoire.

L’habitacle
L’habitacle

L’habitacle
De l’espace, du confort, une véritable habitabilité et une modularité réfléchie, la Seat Leon ST 4Drive est le partenaire idéal de la famille moderne, des aventuriers occasionnels et des sportifs qui ont la bougeotte. Les possibilités sont multiples, les rangements en nombre suffisant et le plaisir optimal!

Le look
La Seat Leon ST 4Drive est un beau break au caractère bien trempé. Sa carrosserie expressive est marquée par des renflements anguleux, des lignes sèches sur ses flancs, pareilles à des coupures d’une lame aiguisée. Ses phares et sa calandre ne laissent que peu de place aux rondeurs et renforcent l’identité sportive de la bête, sans en faire un monstre d’agressivité non plus.

Auteur: Leïla Rölli