Archives
30 mai 2016

Le b.a-ba de la peinture à l’huile

Olivier Zappelli, artiste peintre et enseignant à l’Ecole-club de Fribourg, vous explique comment effectuer un glacis et un dégradé.

Olivier Zappelli, artiste peintre et enseignant  à l’Ecole-club de Fribourg,
Olivier Zappelli réalise ici un dégradé à la peinture à l'huile à l'aide d'une brosse pochoir.

Délicats effets de transparence, ou alors tracés prononcés: la peinture à l’huile permet de faire les deux.

C’est la peinture qui offre la plus large palette de possibilités techniques différentes,

explique Olivier Zappelli, artiste peintre et enseignant à l’Ecole-club de Fribourg.

Elle est aussi couvrante que la gouache et l’acrylique, mais permet de faire des effets comme l’aquarelle, si on la dilue avec du medium – un mélange d’huile de lin et de térébenthine.» Gros avantage supplémentaire: elle sèche lentement, ce qui permet de peaufiner son œuvre durant des heures si on le désire.

Mais attention, il s’agit de bien nettoyer ses pinceaux, sous peine de devoir les jeter après un seul usage.

Pour ce faire, bien faire mousser les poils dans sa paume avec un peu d’eau et de savon de Marseille, et réitérer le lavage jusqu’à ce que l’eau soit totalement claire.

Le glacis s’effectue sur une surface déjà peinte et bien sèche. Lorsque la couleur choisie ne convainc pas, il est possible de la transformer avec cette méthode: la couche en transparence permettra de teinter la surface, en laissant toutefois visibles les structures et les dégradés.

Marche à suivre:

Prendre une toile déjà peinte et sèche. Préparer un jus de couleur, en mélangeant environ 0,5 dl de medium et une petite noix de couleur, comme ici du magenta. Attention, utiliser de la couleur transparente!

Carré noir: couleur transparente.
Carré noir: couleur transparente.

1 Le tube comporte un petit carré noir sur le côté pour la différencier des couleurs mi-transparentes (carré mi-noir–mi-blanc) et couvrantes (carré blanc).

Bien mélanger.
Bien mélanger.

2 Bien mélanger.

Prendre le pinceau plat.
Prendre le pinceau plat.

3 Prendre le pinceau plat, le tremper dans le jus et le passer régulièrement sur la surface dont on désire changer la nuance.

Prendre une toile blanche, et choisir deux couleurs (ici: jaune et vert).

Verser un peu de medium.
Verser un peu de medium.

1 Verser un peu de medium dans un récipient.

Prélever du jaune, un peu de medium.
Prélever du jaune, un peu de medium.

2 Avec le pinceau plat, prélever du jaune, un peu de medium et étaler le mélange régulièrement sur le haut de la toile. A noter: il s’agit de mettre assez de medium pour la première couche, car la toile brute pompe beaucoup.

procéder de la même manière sur l’autre moitié.
Procéder de la même manière sur l’autre moitié

3 Recouvrir la moitié de la toile. A noter: plus on utilise de peinture, plus la surface est lisse. Puis prélever du vert et procéder de la même manière sur l’autre moitié du tableau. Laisser un petit espace blanc entre les deux couleurs.

Passer régulièrement le pinceau de gauche à droite.
Passer régulièrement le pinceau de gauche à droite.

4 Rajouter un peu de jaune pour combler l’espace, puis passer régulièrement le pinceau de gauche à droite et de droite à gauche, puis de haut en bas, pour commencer le dégradé.

Tapoter la couleur .
Tapoter la couleur .

5 Prendre ensuite la brosse pochoir et en la tenant bien perpendiculaire à la toile, tapoter la couleur pour mieux la mélanger.

A petits coups légers, parfaire le dégradé.
A petits coups légers, parfaire le dégradé.

6 Prendre ensuite le blaireau et à petits coups légers, parfaire le dégradé et égaliser les coups de pinceau. Le poignet léger, travailler la matière jusqu’à ce que le dégradé atteigne l’effet recherchée.

finaliser le travail.
Finaliser le travail.

7 Prendre ensuite un second blaireau pour finaliser le travail.

Texte © Migros Magazine – Véronqiue Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Mathieu Rod

Vidéo: Mathieu Rod