Archives
10 juin 2013

Le bœuf et la maison

Lorsque c'est le boeuf, et non l'âne qui est à la tête de l'alphabet...

Dessin d'une tete de boeuf dont la forme avec les cornes donne la lettre A
Chez les Phéniciens, le signe Aleph correspondait au bœuf.

L’écriture, c’est le b.a.-ba d’une société qui veut coucher sa parole sur papier et sauvegarder ses histoires, pensez-vous. Eh bien, déjà, ce n’est pas le b.a.-ba, mais le bœuf et la maison. Ben oui, parce que l’écriture ne servait pas d’abord à la littérature, mais à comptabiliser ses richesses.

Et chez les Phéniciens, puisque ce sont eux les grands inventeurs de génie de notre alphabet, le signe Aleph correspondait au bœuf et Bet à maison. Ils sont devenus respectivement notre A et notre B (Alpha et Bêta chez les Grecs qui n’y sont pas pour rien). Le phénicien, c’est l’ancêtre de tous les systèmes d’écriture d’Europe, du Moyen-Orient (y compris l’hébreu et l’arabe) et de l’Inde.

Donc, il faut déchanter. L’écriture n’a pas d’origine divine, comme le proclament les religions et les mythes. Les tables de Moïse sont considérées comme écriture divine et, selon l’islam, Dieu a créé les lettres et les a directement confiées à Adam.

Dans les mythes ancestraux, le Nebo babylonien et le Thout égyptien étaient à la fois les dieux inventeurs de l’écriture et les grands maîtres des destinées humaines. Ceux-là mêmes qui tenaient le «stylet du destin» par le manche.

Non, plus prosaïquement, c’est pour faciliter les affaires que l’écriture a fait son apparition quelque deux millénaires avant Jésus-Christ, sur la côte phénicienne (quelque part dans la région actuelle du Liban), où il fallait marchander rapidement.

Mais bon, ces Phéniciens n’ont réalisé qu’une partie du travail: ils n’ont inventé que les consonnes. Une trentaine. Un millier d’années plus tard, les Grecs en ont transformé une petite partie en voyelles, parce que c’était un peu ardu quand même. Ils en ont profité pour imposer une écriture de gauche à droite. C’est le début de l’histoire.

Avant, c’était la préhistoire, et avant, on dessinait. Pendant longtemps, des croquis stylisés tenaient lieu d’écriture, comme on en a retrouvé dans les grottes préhistoriques. Ces dessins sont devenus des symboles aux contours toujours plus allégés avec les Sumériens de Mésopotamie (4e millénaire avant J.-C.).

Puis ils se sont réduits à de petits clous. C’est l’écriture cunéiforme. Ce vieux système a fait de la résistance pendant longtemps en Mésopotamie et en Egypte puisque le dernier texte du genre date de 316 après Jésus-Christ!

Auteur: Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck