Archives
19 décembre 2016

Le Buche de Noël

Le dessinateur genevois Eric Buche abandonne un instant son héros Franky Snow pour un album clin d’œil aux hommes et leurs résolutions de fin d’année.

Eric Buche tenant un crayon et un bouqin dans ses mains
Le matin, Eric Buche se consacre à l’écriture et au crayonné des ses œuvres.

Très sympas, les «40 bonnes résolutions de mec» (Ed. Bamboo) d’ Eric Buche. Un album à glisser sous le sapin de votre conjoint, pour peu qu’il n’ait plus 20 ans, un peu d’autodérision et aime la bande dessinée.

«Je m’inspire des hommes qui m’entourent et aussi un peu de moi-même»,

sourit l’auteur aussi connu des jeunes grâce à Franky Snow.

Depuis le début du siècle, leur imagination suit leur héros passionné de skate et flanqué de Ben et Zack, ses meilleurs potes. En douze albums (le 13e arrive l’an prochain) Eric Buche adopte avec humour les codes et le langage des sports de glisse. D’où la reconnaissance d’un jeune public, qui retrouve souvent cette série dans les bibliothèques scolaires.

Amoureux de la BD belge, le jeune Buche (né Buchschacher) a leur âge lorsqu’il crée ses premières histoires. C’est pour «Tchô», l’ancien magazine de Titeuf, qu’il crée Franky Snow, le «roi de la gamelle» à la mèche bleue.

S’il adore le ski et la montagne comme son personnage, ce Genevois papa de trois enfants s’avoue casanier:

«La création en BD reste œuvre de solitude et de minutie»,

rappelle l’auteur, qui est passé par les Beaux-Arts pour parfaire sa technique graphique. Celle-ci s’exprime aussi à travers de nombreux travaux d’illustration, notamment à Genève, avec l’affiche de la 39e Course de l’Escalade, à laquelle Buche lui-même ne manque jamais de participer.

Une journée avec Buche

Eric Buche en train de servir le petit-déjeuner à son fils.
Le petit-déjeuner est un moment familial privilégié pour Eric Buche et ses enfants.

7 h 00: petit-déjeuner
C’est moi qui m’occupe de préparer le petit-déjeuner. C’est le moment où je vois toute la famille, mon fils de 13 ans et mes grandes filles de 20 et 21 ans.

8 h 30: au boulot
Quand il s’agit de travailler, je suis plutôt du matin et je me consacre à l’écriture et au crayonné, ce qui me prend pas mal d’énergie. J’ai longtemps partagé un atelier avec d’autres artistes, mais depuis que nous avons une petite maison familiale, je travaille au sous-sol que j’ai aménagé.

Eric Buche en train de s'échauffer sur un terrain de sport.
Eric Buche est un sportif

11 h 00: course à pied
J’habite à 200 mètres du parc des Evaux, un ancien golf sauvé des promoteurs. J’essaie d’aller y courir quotidiennement. La course à pied me recentre et je la pratique depuis l’adolescence, avec plus ou moins de régularité. En plus de la Course de l’Escalade chaque année, j’ai fait trois fois Sierre-Zinal.

14 h 00: moment de détente
Je consacre souvent l’après-midi à l’ancrage ou au coloriage de mes planches. J’écoute volontiers la radio ou de la musique. Actuellement, je suis plutôt dans le R’n’B période Motown.

Eric Buche devant son ordinateur.
Eric Buche a saisi très tôt les avantages de l'informatique.

17 h 00: tirer parti de la technique
’ai été le premier dessinateur à utiliser un ordinateur à Genève. C’est un outil qui m’a tout de suite convenu et que je continue de pratiquer. Aux Beaux-Arts, nous aurions rêvé avoir ce genre d’outil, notamment pour l’animation.

Eric Buche en train de lire une BD chez lui.
Eric Buche termine sa journée en lecture.

21 h 00: soirée de lecture
Après le repas du soir, je savoure mon moment de lecture. J’aime bien des confrères comme Zep, Peeters ou Tirabosco et aussi des auteurs comme Delisle ou Blain, avec des univers assez éloignés du mien.

Texte: © Migros Magazine / Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Mathieu Rod