Archives
29 septembre 2016

«Le bureau, c’est pas mon truc»

Pauline, garde-frontière

Pauline aime la vie au grand air et la précision du tir.
Pauline aime la vie au grand air et la précision du tir.

Ce jour-là, au poste de douane du col France (NE), elles sont trois, grande stature, uniforme bleu, arme à la ceinture. Trois jeunes femmes – parmi les dix-huit de la région Neuchâtel-Jura – qui ont choisi le métier de garde-frontière. Par envie, par passion et surtout par goût de l’imprévu. «On patrouille beaucoup en extérieur. Le bureau, c’est pas mon truc», lâche Pauline, 28 ans, qui a quitté une carrière de basket en ligue A pour suivre les traces de son oncle, également garde-frontière.

C’est l’inconnu du métier qui m’a intéressée»,

dit encore cette Jurassienne qui s’est spécialisée dans le domaine SIT, sécurité intervention technique. La jeune femme est donc une fine gâchette, à tel point qu’elle est devenue instructrice de tir pour les aspirants à Liestal et à Interlaken.

Texte © Migros Magazine – Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: François Schaer