Archives
16 novembre 2015

Le cri de la fourchette

Avez-vous déjà entendu le cri de la fourchette au fond des bois? Non? Alors, tentez cette expérience!

Mae photo
La petite Mae a le sourire, car elle va faire crier une fourchette!

1. Mae a le sourire. Il faut dire qu’elle ne s’est pas trop foulée pour réunir le matériel nécessaire à cette expérience… En effet, une fourchette en métal, une pelote de ficelle et une paire de ciseaux suffisent ici amplement à notre bonheur!

2. Fini de rigoler! Notre apprentie savante coupe un bout de ficelle long comme deux de ses bras. Ensuite, elle pose le manche de la fourchette juste au milieu de la cordelette avant de le ligoter à l’aide d’un double nœud bien serré.

3. Maintenant, Mae enroule chaque extrémité de la ficelle autour respectivement de ses index gauche et droit comme sur la photo. Elle balance la fourchette pour qu’elle heurte le bois avec douceur. Un son clair en sort…

4. La voilà qui répète l’opération, mais cette fois-ci en posant ses index juste devant ses oreilles. La fourchette se balance, tape doucement le rebord
de la table et émet cette fois-ci un son nettement plus fort et plus grave!

Le phénomène

Quand nous écoutons la fourchette tinter, les sons nous parviennent en traversant l’air. Ils font vibrer le tympan, puis l’oreille interne qui émet un signal nerveux jusqu’au cerveau. Lorsque nous appuyons nos doigts près de nos oreilles, les sons sont en plus transmis à l’oreille interne par la ficelle et les os du crâne. Cette transmission osseuse amplifie les sons, surtout les plus graves, et la fourchette semble sonner comme une cloche! C’est pour cela que notre voix nous paraît plus grave quand on parle que lorsqu’on l’entend via un enregistrement.

Texte © Migros Magazine – Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Mathieu Rod