Archives
13 avril 2015

Le gardien des cours d’eau

Philippe Tavel près d'un cours d'eau
13 h 00: Philippe Tavel fait un saut à la mare aux grenouilles.

Une journée avec Philippe Tavel

Garde-pêche vaudois et fervent défenseur de la nature, il se démène pour maintenir la vie dans les rivières.

Philippe Tavel nettoye les vases de la pisciculture.
Chaque vase contient 400 000 œufs de féra.

7 h 00: pisciculture
«Chaque matin, il faut nettoyer les vases de la pisciculture. Chacun contient 400 000 œufs de féra. Pour éviter que des champignons ne se développent, il faut enlever les œufs morts. Cette année, avec le lac qui est resté chaud jusqu’à Noël, la fraie s’est faite plus tard et les œufs sont de moins bonne qualité.»

Philippe Tavel au téléphone
Le travail sur le terrain est parfois confiné à quelques mètres carrés, loin du grand air...

9 h 00: corvée de bureau
«L’administration occupe 40% de mon temps. Traitement de dossiers, courrier d’avertissement, suivi des enquêtes pénales... Nous devons encore répondre aux gens qui s’inquiètent pour un moineau qui tousse ou des poissons morts. Notre rôle est aussi de rassurer le public.»

Philippe Tavel tient uns écrevisse dans ses mains.
Une écrevisse fraîchement pêchée

11 h00: dans la nasse
«Un des problèmes est la présence d’écrevisses exotiques, venues de la côte Ouest des Etats-Unis. Elles sont porteuses d’un champignon qui décime les espèces indigènes. Le lac en est infesté, mais on essaie de sauver les rivières. Je pose des nasses pour piéger les invasives. Un travail de titan!»

13 h 00: mare aux grenouilles

«On s’occupe aussi de l’aménagement de zones humides pour les grenouilles, dont la population chute de 1% chaque année à cause de la destruction de leur habitat. Dans cette zone protégée à Lavigny, milieu idéal que l’on essaie de reproduire ailleurs, on trouve plusieurs espèces, dont la rainette.»

Philippe Tavel  en train de feuilleter un carnet
La pêche est réglementée.

15 h 00: contrôle de permis

«Il nous arrive de vérifier que les permis sont en règle et que le hameçon est sans ardillon, interdit pour la pêche en rivière. Mais c’est sur le lac que l’on rencontre le plus de tricheurs…»

Philippe Tavel  devant le barrage.
Ce barrage est l'œuvre de castors.

16 h 00: le retour du castor

«Les castors sont nos alliés! Sur la Senoge, un affluent de la Venoge, vit une famille de cinq individus. Leur travail garde la nappe phréatique en eau en faisant des lacs de barrage. C’est à l'avantage des poissons. Mais quand le castor s’en prend aux arbres fruitiers, à nous de gérer sa cohabitation avec les agriculteurs...»

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Laurent de Senarclens