Archives
17 septembre 2012

Le goût du meilleur Ice Tea

Il a plus de fans sur Facebook que Lausanne ne compte d’habitants. Le thé froid de Migros est une boisson culte. Les feuilles de thé noir utilisées pour sa préparation proviennent désormais de cultures durables.

Arnold Graf et Markus Aeppli en train de déguster le thé froid dans le laboratoire
Les gardiens
du temple: 
Arnold Graf (à g.) et Markus Aeppli, veillent à ce que cette boisson star reste fidèle à sa formule originelle, en dépit des
nouveautés.

La cuve en acier, de la taille d’un homme, laisse échapper glouglous et sifflements. Un nuage de vapeur se détache de l’un de ses tuyaux. Le parfum âcre du thé noir fraîchement infusé se répand alentour. Il s’agit du principal ingrédient de l’Ice Tea, l’un des produits phare de Migros.

Un emballage bien connu de notre clientèle!
Un emballage bien connu de notre clientèle!

Caractérisée par un emballage strié et un logo bleu clair, cette boisson, fabriquée au sein de l’entreprise de production Migros Bina, à Bischofszell (TG), donne lieu à un véritable culte. Sur Face­book, plus de 133 000 personnes se sont déclarées adeptes. Dans les halles de l’usine, le chef de produit Arnold Graf plonge sa main dans un grand récipient et en extrait une brassée de feuilles presque noires. «La qualité du thé que nous utilisons ici est la même que celle que l’on consomme chez soi à la maison», explique-t-il. A l’avenir, le thé proviendra de plantations certifiées UTZ, c’est-à-dire conformes aux principes du développement durable (lire encadré).

En cela, ce thé fraîchement infusé se distingue des autres variétés disponibles sur le marché. Ces dernières sont fabriquées à partir d’extraits et contiennent la plupart du temps des arômes artificiels additionnels. Arnold Graf précise: «Un thé froid usuel est un soft drink. En revanche, notre boisson est un thé authentique!»

Il y a vingt-huit ans, Migros était la première entreprise de Suisse à commercialiser un produit fini de cette nature, induisant une véritable mode. «Son parfum éveillait chez beaucoup de gens des souvenirs d’enfance. Pour eux aussi, un thé doit avoir du goût.»

Une dégustation s’effectue chaque matin

Après avoir été infusé dans de grandes marmites, le thé aboutit dans des cuves en acier d’une contenance de 20 000 litres. On y ajoute alors quelques ingrédients: sucre et jus de citron ainsi que de l’eau pour le diluer. Dans un laboratoire attenant, la teneur en acide, en sucre et en théine est contrôlée en permanence. Même si aucune analyse en laboratoire ne remplace les papilles gustatives de l’homme. «Chaque matin nos collaborateurs se rencontrent pour une dégustation. Ils testent ensemble une série d’échantillons prélevés chaque heure dans notre chaîne de production.» On assure ainsi que la qualité et le goût correspondent aux plus hautes exigences.

La communauté de fans est aussi grande que critique

Les professionnels de Bina ne sont pas les seuls à surveiller la saveur de leur produit fétiche. La communauté des fans agit de même. «Le moindre petit changement, même dans l’emballage, fait l’objet d’un examen critique», rigole Arnold Graf. Il n’empêche: comme l’entreprise utilise d’authentiques thés, de petites différences de goût ou d’aspect sont inévitables. «La couleur du thé varie par exemple en fonction des saisons, poursuit Arnold Graf. Etant donné que nous recourons à un produit de base issu de la nature, nous en sommes tributaires.»

Pour la mise en œuvre de la certification UTZ, Arnold Graf et son collègue Markus Aeppli, qui s’occupe des nouveaux produits au sein de Bina, se sont mis prudemment à l’ouvrage. Ensemble, ils ont testé plusieurs sortes de thés. «Notre objectif était clair, explique Mar­kus Aeppli. Le goût de notre thé devait être le même que jusqu’à maintenant.» Chacune des variétés qui ont terminé parmi les meilleures ont été élaborées et dégustées en petites quantités. Ce n’est qu’au terme de cette procédure que le vainqueur a été proclamé et que les commandes ont été passées aux fournisseurs. Les deux experts en thés sont-ils contents du résultat? «Absolument, s’enthousiasme Markus Aeppli. Le thé a conservé le même arôme que précédemment.»

Au fait: même si le thé obéit maintenant aux règles du développement durable, le prix de la boisson culte, lui, ne change pas.

«Le seul véritable thé froid»

Christian Jun est le fondateur du premier groupe de fans de l'Ice Tea de Migros
Christian Jun est le fondateur du premier groupe de fans de l'Ice Tea de Migros

Grand amateur de thé froid, Christian Jun est le fondateur du premier groupe de fans de la boisson culte sur Facebook. Depuis son lancement, 130 000 mem­bres ont rejoint cette communauté soutenue par Migros.

Pourquoi êtes-vous fan de l’Ice Tea de Migros?

La question ne se pose pas, si on a une seule fois goûté cette boisson. L’Ice Tea de Migros est le seul véritable thé froid, et ce depuis toujours.

Quel est votre premier souvenir à ce sujet?

Les anniversaires d’enfants, sans aucun doute! Plus tard, quand j’ai poursuivi ma formation, l’Ice Tea était la boisson quotidienne de tout apprenti et on en trouvait partout dans l’entreprise.

L’énorme succès de votre groupe sur Facebook vous a-t-il surpris?

Beaucoup au début. Chaque publication déclenchait en quelques secondes de nombreux «J’aime», des commentaires. Le fait de pouvoir écrire en même temps à 130 000 fans est aussi fantastique.

Auteur: Andreas Dürrenberger

Photographe: Jorma Müller