Archives
2 février 2015

Le logis, un piège pour les tout-petits!

Votre domicile est aussi le lieu de tous les dangers pour les enfants en bas âge. Mais inutile pour autant de paniquer: quelques mesures simples et un peu de bon sens suffisent déjà à réduire drastiquement les risques d’accidents.

Gros plan d'un bambin en train de vouloir mettre les mains dans une prise
Il faut apprendre à reconnaître les principaux dangers du logis. (Photo: Plainpicture)

Les accidents domestiques sont la première cause de blessures chez les tout-petits.

On estime que chez les enfants jusqu’à 5 ans, deux tiers des accidents ont lieu à la maison, le plus souvent en présence d’un adulte»,

confirme Sophie Vassaux, cheffe du projet Pipad’es (Programme de prévention des accidents domestiques chez les enfants).

Normal, me direz-vous, puisqu’ils sont naturellement très casaniers à cet âge-là.

Ainsi, tous les ans, un bambin sur cinq consulte suite à un tel pépin. Et un sur vingt doit être hospitalisé. D’après le Bureau suisse de prévention des accidents (bpa), qui ne dispose malheureusement pas de chiffres concernant la seule petite enfance(!), près de 65 000 gosses de moins de 16 ans sont victimes chaque année d’un «accident de la vie courante». Et environ 25 en meurent.

Sans tomber dans la paranoïa, mieux vaut prévenir que… guérir! Il s’agit donc de repérer les pièces à risques, puis de désamorcer les pièges à retardement qu’elles renferment inévitablement. Sophie Vassaux recommande même de «se mettre à quatre pattes», à hauteur de fillettes et de garçonnets, pour effectuer ladite inspection.

Un rôle d’ange gardien

D’abord, sécurisez balcons, fenêtres, escaliers (tout en entraînant votre rejeton à monter et descendre les marches), prises électriques et piscine (si vous en avez une). Ensuite, placez hors de sa portée produits d’entretien, médicaments, cosmétiques, plantes toxiques et petits objets comestibles ou non (jouets, boutons, punaises, cacahuètes, olives…). Et enfin, comme l’indique la cheffe du projet Pipad’es,

apprenez à votre enfant à reconnaître les principaux dangers, en parler, les nommer, expliquer».

«Tout cela est nécessaire, mais rien ne remplace la surveillance de l’adulte», relève à juste titre le Dr Alain Benoît dans Le dico des parents (Ed. Kero). Ce pédiatre français fait notamment allusion ici à deux scénarios catastrophes: la noyade dans le bain et la chute de la table à langer. Dans ces deux cas, un seul et unique conseil: ne laissez jamais votre enfant seul!

D’autres périls guettent évidemment les bambins (attention aux colliers et chaînettes, aux casseroles et biberons (surtout quand ces derniers sont chauffés au micro-ondes), aux rallonges électriques et sacs en plastique!...), mais impossible d’en dresser une liste exhaustive. D’où l’importance d’éduquer et de protéger. «Oui, il suffit de quelques bons réflexes ou habitudes et de quelques aménagements simples pour éviter beaucoup d’accidents», conclut Sophie Vassaux.

Quelques statistiques

  • 61% des accidents d’enfants de 0 à 5 ans ont lieu au domicile.
  • 35% des accidents ont pour cadre la chambre où les enfants jouent seuls.
  • 66% des accidents domestiques sont dus à des chutes.
  • 30% des accidents domestiques pourraient être évités via la mise en place d’équipements de sécurité (cache-prises, bloque-fenêtres, barrières…).

Auteur: Alain Portner