Archives
1 octobre 2012

Le monde magique de Pierric

L’illusionniste et comédien veveysan s’est classé troisième au Championnat du monde de la magie. Rencontre avec un touche-à-tout passionné.

Pierric l'illusionniste
Pierric, qui se dit plus à l’aise sur scène que dans la vie, se montre clair: les concours, il déteste.

Trois pièces, puis deux, puis une, et pof! Plus rien. On a beau suivre, lui demander d’exécuter le tour à nouveau, on n’y voit que du feu. Et encore. Ce qu’on voit, c’est cette simplicité et cette élégance du geste qui font la marque des grands illusionnistes. Pierric est de ceux-là. En juillet dernier, le Veveysan de 31 ans a décroché la troisième place au Championnat du monde de la Fédération internationale des sociétés magiques, dans la catégorie «Parlour» (magie de salon).

Pas de quoi monter à la tête de ce fort en thème qui, à 12 ans déjà, se rendait à Paris pour suivre des cours de magie avec Jean-Pierre Crispon. Dans son petit appartement lausannois, celui qui se dit plus à l’aise sur scène que dans la vie se montre clair: les concours, il déteste. S’il y participe, c’est parce que «cela me force à finaliser mes tours». Et puis, bien sûr, recevoir les louanges de stars de la discipline comme David Copperfield ne gâche rien, même s’il préfère de loin Buster Keaton au magicien de Las Vegas.

Quand magie rime avec comédie

Peu de chances, donc, de voir Pierric sortir un lapin d’un chapeau. Son truc à lui, c’est le burlesque, le comique de situation, histoire de mettre en avant l’histoire, justement. De faire intervenir la magie l’air de rien dans un scénario. «La magie sert le comédien», dit-il. C’est d’ailleurs ce qu’il démontre dans son spectacle Homme encadré sur fond blanc, actuellement en tournée. Mais ce touche-à-tout ne s’arrête pas là. Passionné de cinéma – il admire Bergman, Ozu et bien sûr Keaton– il s’apprête à tourner son premier long métrage. Dans l’immédiat, c’est à Marie-Thérèse Porchet qu’il donnera la réplique dès décembre dans le cadre de son spectacle célébrant ses vingt ans de carrière. On vous le dit, le monde de Pierric est magique. Mais vous n’avez encore rien vu.


«Participer au championnat du monde de magie permet de se fixer un objectif et de rencontrer les gens du milieu.»
«Participer au championnat du monde de magie permet de se fixer un objectif et de rencontrer les gens du milieu.»

Mon trophée

«Je n’aime pas les concours ni la compétition, mais participer au championnat du monde de magie permet de se fixer un objectif et de rencontrer les gens du milieu.»


«Jérôme Giller a composé la musique de mon spectacle «Homme encadré sur fond blanc».
«Jérôme Giller a composé la musique de mon spectacle «Homme encadré sur fond blanc».

Un album

«Jérôme Giller a composé la musique de mon spectacle «Homme encadré sur fond blanc». Il est une vraie aide dans la création artistique de mes spectacles. Son univers est plutôt rock, mais il sait s’adapter. «Les abandonnés» est l’un de ses derniers albums.»


«Le minimalisme de Buster Keaton m’a tout de suite parlé.»
«Le minimalisme de Buster Keaton m’a tout de suite parlé.»

Buster Keaton

«J’ai découvert les courts métrages de Buster Keaton à 18 ans. On y trouve notamment le gag de la paroi qui lui tombe dessus et où il survit parce qu’il se trouve dans l’encadrure de la fenêtre. Ce minimalisme m’a tout de suite parlé.»


«C’est ma première caméra, celle avec laquelle j’ai réalisé mes trois premiers courts métrages.»
«C’est ma première caméra, celle avec laquelle j’ai réalisé mes trois premiers courts métrages.»

Ma caméra

«C’est ma première caméra, celle avec laquelle j’ai réalisé mes trois premiers courts métrages. Elle marque le pas que j’ai franchi en passant au concret, après avoir étudié l’histoire du cinéma à l’université.»


«Eric Chevillard est l’un des auteurs les plus drôles que je connaisse.»
«Eric Chevillard est l’un des auteurs les plus drôles que je connaisse.»

Un livre

«Eric Chevillard est l’un des auteurs les plus drôles que je connaisse. A chaque fois que je relis «Le vaillant petit tailleur», je pleure de rire. C’est un anti-narratif. Dans son livre, il entreprend de récrire le conte des frères Grimm.»

Auteur: Viviane Menétrey

Photographe: Mathieu Rod