Archives
3 décembre 2012

Le pain d’épices, des forces pour conquérir le monde

Isabelle Kottelat raconte l'histoire étonnante de cette friandise.

bonhomme en pain d'épices
Le pain d’épices est une invention chinoise, améliorée ensuite par les Arabes. Ce sont les Croisés qui ont ramené la friandise jusqu’en
 Europe.

Ça colle aux doigts et aux dents: on aura bientôt notre dose, car la hotte de Saint-Nicolas en déborde! Incontournable à l’approche des fêtes de Noël, le pain d’épices s’avère presque aussi vieux que ce brave grand-père à barbe blanche (l’évêque turc Nicolas de Myre, pas le Père Noël) qui a véritablement vécu au IVe siècle.

Tradition millénaire, la fabrication du pain d’épices nous vient de Chine, avec un petit crochet par les pays arabes. Au Moyen Age, sa recette de farine, de miel et d’épices (ben oui, forcément) a voyagé jusque chez nous dans les besaces des chevaliers des Croisades. Enfin ceux qui en sont revenus. Répandu en Europe à travers les monastères, le pain d’épices a fait son entrée en terre helvétique par Bâle. Le Läckerli n’est pas loin, mais bien plus récent. Il faut dire que les banals biscômes (Lebkuchen) que confectionnaient alors amoureusement les boulangers spécialisés ont été jugés indignes des participants au Concile de Bâle (1431). Qui ont eu droit à des petits gâteaux plus raffinés, créés exprès pour eux. C’était les Läckerlis, littéralement douceur ou friandise. Ils renferment, en plus, des fruits confits et des amandes.

Quant au vrai pain d’épices, celui qui nous vient en ligne presque directe d’Asie, il a carrément été érigé au rang d’art à son passage en Croatie du Nord. Là-bas, sa tradition est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, classée et protégée par l’Unesco depuis 2010. Là-bas, les biscômes ne sont pas carrés, gravés d’ours en sucre glace, mais il s’agit surtout de cœurs, décorés d’images, de petits miroirs (!), de vers ou de messages. On ne les trouve pas qu’à Noël: ils participent à toutes les fêtes et mariages.

Et au lieu de penser aux kilos qui s’accumulent à chaque bouchée de cette friandise, imaginez plutôt quelle force elle vous apporte: on raconte que les premiers pains d’épices faisaient partie des rations de guerre des cavaliers de Gengis Khan, le grand chef mongol du XIIe siècle.

Auteur: Isabelle Kottelat