Archives
9 mars 2015

«Le pas que je préfère, c’est le shuffle step»

Noam, 8 ans, de Lausanne, a commencé un cours de claquettes il y a six mois. Et il adore ça!

Noam en train de montrer un pas de claquettes.
Noam est déjà un grand fan des claquettes.
Nyoman Selamet en train de donner une leçon devant un grand miroir
Les professeurs (ici, Nyoman Selamet, neveu de Fabrice Martin) ont chacun leur méthode d’enseignement, et donnent donc les cours à tour de rôle, afin d’apprendre aux enfants toutes les ficelles de la discipline.

«Ma maman et Fabrice Martin, qui est multiple champion du monde et directeur de mon école de danse, sont amis d’enfance, et ma maman travaille maintenant avec lui. J’étais donc déjà souvent allé voir des spectacles de claquettes ces dernières années, et j’avais bien envie d’essayer.

Chaussures à claquettes sur fond neutre.
Les chaussures, avec leur pointe et leur talon de métal, permettent de créer d’innombrables rythmes différents.

Je suis allé à un cours juste pour voir comment c’était, mais j’ai tout de suite tout aimé: l’ambiance, la musique, les mouvements. Et aussi les différents pas. Celui que je préfère, c’est le shuffle step, où on tape d’abord la pointe du pied, puis le talon.

Les enfants lors du cours de claquettes
Loin de Fred Astaire, les claquettes pratiquées ici sont résolument contemporaines, dynamiques, originales... et très sportives!

En fait, j’aime maintenant tellement les claquettes que j’en fais aussi tout le temps à la maison, juste pour le plaisir!»

Texte: © Migros Magazine | Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Loan Nguyen