Archives
8 août 2016

Le seul plectrier du pays

Patrick Hufschmid, artisan vaudois inventif et rigoureux, partage son temps entre la création de guitares électriques épurées et celle de plectres uniques en leur genre. En toute discrétion.

Patrick Hufschmid, luthier d’Aigle, fabrique depuis vingt ans des guitares électriques.

Le souci du détail

Lorsqu’un client reçoit une commande de Patrick Hufschmid, celle-ci est cachetée avec un sceau de cire: «J’ai travaillé dans l’horlogerie et suis resté marqué par ce domaine du luxe. Quand on reçoit quelque chose avec un sceau, c’est magnifique.» Soucieux du détail raffiné et du travail bien fait, ce luthier d’Aigle fabrique depuis vingt ans des guitares électriques sobres et élégantes, dont on peut encore admirer la veine du bois – «C’est de l’aca­jou sapele, mon bois de prédilection. J’ai appris à bien le dompter.» Ses modèles sont particulièrement prisés à l’étranger et le prochain partira d’ailleurs pour le Japon.

Parallèlement, l’artisan propose aussi régulièrement des premières mondiales, comme ses micros photoluminescents. Et a lancé il y a six ans des plectres novateurs: en forme de goutte d’eau et plus épais que les modèles standards, ils favorisent une bonne tenue, car «plus le pouce et l’index sont séparés, plus on a de force». Résultat: ses créations le font vivre - mais elles sont aussi contrefaites à foison. «Il faut savoir prendre de la distance, sinon ça énerve trop de voir tant de copies de mauvaise qualité vendues sur le web. Il faut savoir que mes plectres sont certes plus chers, mais basés sur des années de recherche, très résistants et fabriqués entièrement à la main. C’est mon style à moi.»

Une journée avec Patrick Hufschmid

7 h 00 La valse du courrier «Après avoir bu mon café, la première chose que je fais chaque matin est de me rendre à la Poste pour amener mes commandes, régler mes factures et voir si j’ai reçu du matériel.»

9 h 00 Les guitares en premier «J’aime commencer à travailler sur mes guitares quand je suis encore frais le matin. En général, j’œuvre dessus environ cinq heures, mais je ne peux guère faire plus longtemps, car je souffre d’une hernie discale qui me limite dans ce type de travail.»

13 h 00 Histoires de plectres «L’après-midi, je fais généralement des plectres. Je prends environ 45 minutes pour en confectionner un, et j’en crée en moyenne entre cinq et huit par jour. Je les fabrique dans différents matériaux, dont de l’acrylique réticulé, qui est aussi utilisé pour les vitres des avions.»

15 h 00 Produit de luxe «Je suis le seul en Suisse à créer des étouffe-cordes. C’est un produit hyper-abouti de grande qualité, et c’est pour cela que j’y appose le tampon «Handmade in Switzerland». Parce que «Swiss made», ça ne veut rien dire et même des produits fabriqués partiellement en Chine peuvent porter cette mention!»

16 h 00 Des envois qui font voyager «C’est le moment où je ramène à la Poste les commandes préparées durant la journée. L’autre jour, en une journée, j’ai couvert dix pays avec mes plectres! J’envoie régulièrement des plectres dans une centaine de pays, il n’y a qu’en Papouasie et chez les Esquimaux qu’ils n’en commandent pas, je crois.»

19 h 00 Moment de calme «Le soir, après avoir fait les courses, j’aime bien faire une petite balade au-dessus d’Aigle. Cela me fait du bien et m’aide à trouver le calme, et ce lieu magnifique m’inspire énormément pour ma photographie.»

Texte: © Migros Magazine / Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Dominique Smaz