Archives
25 novembre 2013

Le souffle de vie de Michel Tirabosco

Grâce à une volonté inébranlable et malgré son handicap, le Genevois Michel Tirabosco tutoie aujourd’hui les meilleurs flûtistes de Pan du monde.

Michel Tirabosco
Michel Tirabosco, flûtiste de Pan, aime jouer aux échecs dans le parc des Bastions à Genève.

«On n’est handicapé que dans le regard des autres.» Pour Michel Tirabosco, né avec une malformation des deux bras, la remarque lancée au détour d’une conversation a tout d’une philosophie de vie. Car il suffit de passer avec lui une journée pour oublier tout simplement son handicap.

Le Genevois conduit, mange et se vêt comme n’importe quel homme et s’occupe de ses enfants comme tout bon père. Par contre, il est une chose qu’il ne fait comme personne: jouer de la flûte de Pan, (écouter des extraits) un instrument qu’il a découvert à l’âge de 7 ans.

Particulièrement doué, le jeune homme se montre aussi ingénieux: en ajoutant un tube supplémentaire à la flûte de Pan, il s’offre la possibilité de couvrir la même tessiture que la flûte traversière et, donc, d’accéder au répertoire de la musique classique. Michel Tirabosco donne alors son premier concert avec un orchestre symphonique à 16 ans, enregistre son premier disque à 18 ans et part en tournée en Amérique du Sud et en Europe à 20 ans seulement. Aujourd’hui encore, le Genevois sillonne le monde avec son instrument quand il ne partage pas son savoir avec ses élèves romands, littéralement âgés de 7 à 77 ans.

A la musique, il doit tout et plus encore: il a rencontré son épouse lors d’un concert à Genève. Et la fan de devenir sa femme.

10h: A l’atelier

Antonio Tirabosco confectionne les flûtes de Pan de son fils Michel.
Antonio Tirabosco confectionne les flûtes de Pan de son fils Michel.

«Mon père Antonio a construit mes flûtes de Pan et continue de le faire pour mes élèves. C’est un travail qui demande beaucoup de précision pour ajuster les éléments de bambou au millimètre près ou pour accorder l’instrument. Pour ce faire, il ajoute ou retire de la cire d’abeille au fond de chaque tube.»

11h: Monsieur le professeur

Michel Tirabosco enseigne la flûte de Pan depuis l'adolescence.
Michel Tirabosco enseigne la flûte de Pan depuis l'adolescence.

«J’ai donné mon premier cours quand j’étais encore ado pour me faire de l’argent de poche. Aujourd’hui, j’enseigne au Conservatoire de Nyon ou, ici, à l’atelier. J’ai en tout une quinzaine d’élèves, dont Hervé Devillaz que je connais maintenant depuis vingt ans. Nous répétons ensemble les morceaux qu’il jouera par la suite en public.»

13h: Pause récréative

«J’aime me balader dans le parc des Bastions et observer les joueurs d’échecs. J’y ai aussi longtemps joué et ai même terminé 2e du championnat cadet de Genève. C’est un jeu stratégique qui ne laisse aucune place à la chance. Cela me plaît, car j’aime maîtriser ce que je fais.»

14h: A la bibliothèque

Le musicien transcrit lui-même des œuvres pour la flûte de Pan, sur la base des partitions disponibles à la Maison des art du Grütli à Genève.
Le musicien transcrit lui-même des œuvres pour la flûte de Pan, sur la base des partitions disponibles à la Maison des art du Grütli à Genève.

«La bibliothèque musicale de la Maison des arts du Grütli à Genève possède des dizaines de milliers de partitions. Il est important pour moi de venir ici afin de voir quelles œuvres je pourrai transcrire pour la flûte de Pan, un instrument pour lequel il n’existe quasiment pas de compositions originales.»

16h: Ecriture

Pour composer, Michel Tirabosco couche d'abord les notes sur du papier avant de terminer sa partition avec un logiciel.
Pour composer, Michel Tirabosco couche d'abord les notes sur du papier avant de terminer sa partition avec un logiciel.

«Composer est avant tout une question de travail plus qu’une histoire d’inspiration. Je couche les notes sur du papier à musique puis termine avec le logiciel Sibelius qui permet, par exemple, de séparer en un clic les partitions de chaque instrument. Vous vous rendez compte si Mozart avait connu ça…»

17h: Un peu de sport

Michel Tirabosco participe à des compétitions de ping-pong depuis trois ans.
Michel Tirabosco participe à des compétitions de ping-pong depuis trois ans.

«Je pratique la natation et participe à des compétitions de ping-pong depuis trois ans. Au début, mes adversaires me renvoyaient la balle avec condescendance mais maintenant ils ne me font plus de cadeau. Tant mieux. J’ai développé mon jeu en fonction de mes moyens, comme dans tous les autres domaines de ma vie.»

18h: En famille

Toute la famille joue d'un instrument de musique.
Toute la famille joue d'un instrument de musique.

«Avec mon épouse Sophie, nous montons souvent sur scène pour un spectacle mêlant musique, chant et conte ou lorsque nous jouons dans le cadre du trio Bella Terra. Ma fille aînée joue du piano et la cadette de la harpe. Toutefois, nous n’avons encore jamais formé un vrai quatuor familial.»

20h: Sur scène

Pour Michel Tirabosco, la musique est avant tout un partage.
Pour Michel Tirabosco, la musique est avant tout un partage.

«Avec la pianiste Sylviane Baillif-Beux, nous organisons une soirée mêlant concert et repas. Au programme: des musiques des Balkans et des airs juifs. Au menu: un goulasch hongrois. J’aime ce concept convivial, car pour moi la musique est avant tout un partage.»

Extraits et interview du Michel Tirabosco Trio (Source: Youtube/Longlake Lugano)

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Alban Kakulya