Archives
15 octobre 2012

Le TREC, c’est son truc

A Croy (VD), Laetitia Roy partage son temps entre son métier d’enseignante et sa passion pour ce sport équestre méconnu.

Laetitia Roy à cheval
En septembre dernier, Laetitia Roy a participé aux championnats du monde en compagnie d’autres cavaliers helvétiques.

Aussi loin qu’elle se souvienne, Laetitia Roy n’a d’yeux que pour les chevaux. «Et j’étais la seule de ma famille, même si nous habitions en pleine campagne, ici à Croy.» Mais la passion a toujours le dernier mot. A 9 ans, elle obtient la permission d’abandonner la danse pour se mettre en selle. Et à 14 ans, elle a enfin son cheval à elle. «Avec un peu d’aide, j’ai aménagé un box dans l’ancien rural de mes grands-parents. Feeling s’y trouve toujours.» Le cheval a aujourd’hui 16 ans et Laetitia le connaît par cœur. Elle s’en occupe seule, partant en balade quotidiennement, été comme hiver.

Je me suis rapidement prise au jeu.

Chaque sortie est aussi un entraînement. Car la jeune femme fait depuis 1999 de la compétition, mais pas n’importe laquelle. Du TREC pour Technique de randonnée équestre de compétition. Ce sport méconnu mêle la maîtrise du cavalier, la parfaite entente avec sa monture et le sens de l’orientation. «J’aime beaucoup la cartographie. Comme j’adore la découverte et la nature, je me suis rapidement prise au jeu.» Plutôt efficacement, puisqu’elle est championne suisse en titre, sa troisième victoire après 2008 et 2010. Le TREC connaît un joli succès en Suisse romande dans les séries inférieures. «Rester dans l’élite s’avère naturellement plus exigeant. Il faut une licence, beaucoup s’entraîner.»

En septembre dernier, Laetitia Roy a participé aux championnats du monde en compagnie d’autres cavaliers helvétiques. «Enfin surtout des cavalières, alors qu’au Portugal où nous sommes allés, l’équipe est surtout masculine.» Une décevante 28e place «en raison d’une grosse faute d’orientation, d’habitude mon point fort», mais une jolie 3e en équipe et au final «beaucoup de plaisir». Feeling va sans doute être mis en retraite bien méritée et la Vaudoise songe déjà à former son successeur. Ou peut-être tenter la thérapie équestre. Une passion à bride abattue.


«J’ai plusieurs bagues aux formes un peu bizarres.»
«J’ai plusieurs bagues aux formes un peu bizarres.»

Un accessoire

«Ce n’est pas vraiment une collection, mais j’ai plusieurs bagues aux formes un peu bizarres. Je les déniche dans des petites boutiques à l’étranger ou je les fais fabriquer.»


«J’ai acquis récemment une belle Stratocaster.»
«J’ai acquis récemment une belle Stratocaster.»

Un objet préféré

«Ma guitare électrique. Une belle Stratocaster que j’ai acquise récemment. J’aime la musique rock et je me suis lancé le défi d’apprendre.»


«J'aime la course à pied. Je vais loin dans la nature, qui est magnifique par ici.»
«J'aime la course à pied. Je vais loin dans la nature, qui est magnifique par ici.»

Un autre hobby

«La course à pied. Je vais loin dans la nature, qui est magnifique par ici. Ce n’est pas forcément une obligation pour le TREC, mais je me fais un point d’honneur à être aussi en forme que mon cheval.»


«Je mange tous les jours du chocolat, et souvent en assez grande quantité.»
«Je mange tous les jours du chocolat, et souvent en assez grande quantité.»

Une gourmandise

«Je suis une grande amoureuse de chocolat. Surtout celui au lait. J’en mange tous les jours, et souvent en assez grande quantité.»


«Barcelone est la ville de mon cœur.»
«Barcelone est la ville de mon cœur.»

Une destination préférée

«Barcelone, où j’ai vécu et travaillé pendant huit mois. Je retourne régulièrement dans la famille qui m’hébergeait et la culture catalane me parle. C’est la ville de mon cœur.»

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Jeremy Bierer