Archives
26 septembre 2016

Les emballages à base de champignons, c’est l’avenir

Le polystyrène expansé (PSE), c'est du passé. Pour Leïla Rölli, l'avenir des emballages passe par les champignons. Va y avoir du spore!

La chronique de Leïla Rölli.

L’enfer du polystyrène expansé (PSE), on est tous passé par là. Lorsque le nouveau poste de télé trône fièrement au milieu du salon ou que l’on vient de brancher la bouilloire électrique fraîchement déballée, il y a toujours cette phase désagréable où le regard se pose sur les cadavres d’emballage éventrés sur le sol. On soupire et on se résigne à stocker ces déchets blancs, encombrants et polluants jusqu’au prochain trajet à la déchetterie.

15 millions de tonnes! Environ 15 millions de tonnes de polystyrène sont produites chaque année dans le monde, dont 6,3 millions de tonnes sous sa forme expansée à usage unique. Le polystyrène expansé, malgré sa blancheur immaculée, est un ogre d’énergie grise qui reste compliqué à recycler. On reconnaît pourtant que des progrès ont été faits. Pour prendre deux extrêmes, dans les pays nordiques, plus de 72% du PSE est recyclé alors qu’en Chine (le plus gros producteur au monde) seuls 30% sont revalorisés. Ce qui est bien mais insuffisant, car, à l’heure actuelle, plus de 150 millions de tonnes de déchets plastique voguent calmement dans les océans... Et on s’attend à ce que ce chiffre double d’ici à 2050!

Et pourtant il existe une merveilleuse alternative à ces vilaines bulles de plastique amalgamées: les champignons!

Les New-Yorkais Eben Bayer et Gavin McIntyre, fondateurs d’ Ecovative , veulent faire disparaître les emballages plastique grâce à un procédé révolutionnaire qui consiste à faire croître du mycélium autour de déchets végétaux dans une forme donnée. Le matériau, une fois séché, s’utilise comme n’importe quel matière protectrice classique issue de matières fossiles, à la différence qu’il est biodégradable, ne libère aucun gaz toxique à la combustion et contribue même à la réduction des gaz à effet de serre. Peu coûteux et simple de conception... Que demander de plus? Eh bien qu’on l’utilise à grande échelle! Bonne nouvelle de ce côté-là: de grands groupes, dont un certain géant suédois du meuble en kit, prévoient de remplacer progressivement le PSE par ce «Mushroom Packaging» dans les années à venir.

Energie, agriculture et industrie, le potentiel des champignons est énorme. A nous de l’exploiter autrement qu’en fricassée!

Texte: © Migros Magazine | Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli