Archives
11 février 2013

Les femmes victimes de l'accroissement de la pendularité?

Le nombre de personnes travaillant à plus de 50 km de leur domicile a explosé ces dix dernières années. Les femmes sont les premières à en faire les frais.

Vincent Kaufmann
Vincent Kaufmann, professeur à l’EPFL, secrétaire général de la Communauté d’études pour l’aménagement du territoire CEAT.

Durant la dernière décennie en Suisse, le nombre de personnes travaillant à plus de 50 kilomètres de leur domicile a explosé et représente désormais un peu moins d’une personne sur dix. Les causes de cette évolution sont multiples et concernent aussi bien la concentration des emplois dans les grands centres urbains, la crise du logement et les prix de l’immobilier que des choix de vie. Lors de plusieurs enquêtes récentes portant sur la Suisse, il a été montré que cette pratique touche surtout les hommes et les personnes n’ayant pas charge d’enfants.

Les personnes vivant seules, les couples sans enfant, mais également les familles monoparentales sont en revanche plus enclines à la grande distance. Ce résultat témoigne de l’ambivalence des déplacements: se déplacer vite et loin au quotidien n’est pas un signe unilatéral de réussite sociale, mais c’est au contraire souvent associé à la précarité de l’emploi et à des situations économiques difficiles. Mais l’inégalité la plus criante concerne les femmes. En Suisse au sein d’un couple, lorsque l’un des membres de la famille travaille loin – généralement l’homme –, la répartition des tâches ménagères est particulièrement inégalitaire, et ceci même lorsque les valeurs du couple vont vers l’égalité.

Le contexte périurbain est le plus touché par cette inégalité de genre, qui entraîne même parfois le renoncement des femmes à l’activité professionnelle. Il faut dire que dans les petites communes périurbaines, les infrastructures d’accueil de la petite enfance et la prise en charge parascolaire sont souvent peu développées.

Cette forme d’inégalité, par laquelle les personnes qui se déplacent loin au quotidien obligent leur partenaire à être présent au domicile familial, a tendance à se développer. Elle fait en particulier suite aux temps de déplacements élevés chez les pendulaires de longue distance, qui mettent généralement plus d’une heure de trajet pour rentrer du travail, en train ou en voiture. Autant de temps pris sur les activités domestiques…

Auteur: Vincent Kaufmann