Archives
21 septembre 2015

Que vous avez de grandes dents!

Ses quenottes qui ne cessent de pousser sont si solides qu’elles lui permettent de grignoter des troncs d’arbres entiers. Vous avez sans doute deviné que nous parlons du castor, bien sûr! Mais il est rare de le croiser en liberté, car il se déplace généralement le soir ou la nuit.

Illustration d'un castor et de son barrage
L’été, le castor se nourrit d’herbes et d’arbustes. En automne, il se constitue une réserve de branchages dont il mangera l’écorce.

Le castor est reconnaissable à sa queue plate, qui lui permet de se diriger quand il plonge, de stocker des réserves de graisse en hiver et de se rafraîchir en été (l’eau refroidit le sang en passant directement à travers la peau). Autrefois, on mangeait le castor, dont le poids peut atteindre 20 à 30 kilos. Le plus gros rongeur d’Europe a également été utilisé pour fabriquer des manteaux de fourrure et même des médicaments.

En 1956, il n’y avait plus un seul castor en Suisse. Mais de nos jours, on en trouve à nouveau sur les rives des cours d’eau, où ils construisent des barrages complexes. Ces animaux savent nager dès leur premier souffle et sont capables de rester jusqu’à quinze minutes sous l’eau.

Parce qu’ils abattent des arbres – souvent jeunes –, qu’ils inondent les champs de leurs barrages et qu’ils chapardent les récoltes en été, ils ne sont pas appréciés de tous. Mais ils ont de la chance: il s’agit d’une espèce protégée. Leur présence profite aussi à d’autres animaux, qui sont ravis de pouvoir utiliser les beaux abris construits par les castors.

Auteur: Andrea Fischer Schulthess

Illustrations: Bunterhund,