Archives
19 décembre 2011

Les habits tendance du dandy genevois

Avec sa marque Berence, le créateur de vêtements Tarik Adam bâtit peu à peu son nid sur le marché suisse et international. Portrait d’un ambitieux.

Tarik Adam et une tête de cheval sculptée
«J’ai toujours aimé les chevaux, j’ai commencé à monter à l’âge de 5 ans. Mon père m’emmenait régulièrement à l’hippodrome de Divonne et ma mère me lisait tous les soirs Black Beauty.»

Un jour, Tarik Adam sera aussi connu que Ralph Lauren. «Voire davantage», avance-t-il. Ambitieux, le créateur de vêtements genevois? Il le revendique! Il faut dire que sa marque Berence, il en rêve depuis l’âge de 12 ans. «J’esquissais des modèles sur mon carnet scolaire. Un professeur m’avait d’ailleurs rappelé à l’ordre...»

Heureusement, Tarik ne l’a pas écouté. Lancée en 2007, la marque est distribuée aujourd’hui dans de nombreux points de vente en Suisse et commence à s’exporter: «En janvier, nous serons au Salon du prêt-à-porter à Paris. Et d’ici l’été prochain, nous espérons ouvrir notre propre boutique!»

Sa première collection, il la consacre au polo, en l’honneur de ce sport hippique so british, un pays qui le fascine. D’ailleurs, le mot dandy, lui aussi, s’applique à merveille à ses habits. Autre particularité: les boutons de manchette qui remplacent les systèmes de fermeture traditionnels. Interchangeables, ils se déclinent sous diverses teintes et matières. «Un clin d’œil à mes origines indiennes et soudanaises. Dans ces pays, les couleurs et les étoffes prennent une importance toute particulière.»

Alors, la recette de son succès? «La ténacité: je ne lâche jamais, même quand on me dit non.» Sûr que sa formation dans de grandes business schools de Londres et de Paris l’a aidé à développer son côté entrepreneur. A sa casquette de créateur, il superpose volontiers celle d’homme d’affaires: en proposant au groupe britannique Blake de devenir l’égérie 2012 de la marque, en sponsorisant le Rallye international des Alpes en 2011, en élargissant progressivement la gamme de Berence. «Pour l’hiver prochain, nous prévoyons de créer une combinaison de ski en flanelle imperméable.» Du dernier chic.

Sur le Net: www.berence.ch

Quelques mots-clés

Aston Martin (photo: Istockphoto)
Aston Martin (photo: Istockphoto)

Une voiture«Si j’en avais les moyens, je m’achèterais une Aston Martin DB4 Zagato. J’ai une passion pour les vieilles voitures, notamment pour cette marque. Quand j’étudiais à Londres, je vivais à deux pas de leur ancienne usine.»

Couverture du livre de Dumas "Le Compte de Monte-Cristo" (photo: Istockphoto)
Couverture du livre de Dumas "Le Compte de Monte-Cristo" (photo: Istockphoto)

Un livre«Je n’ai jamais été un grand lecteur et pourtant j’ai dévoré «Le Comte de Monte-Cristo». Cette histoire de vengeance calculée me fascine, le côté glamour également.

Un objet«Quand j’avais 20 ans, j’ai travaillé tout un été comme bagagiste à l’Hôtel La Réserve pour me payer ma montre Chopard. Je la voulais vraiment! C’est ma seule richesse matérielle.»

Le célèbre pont de Londres sur la Tamise (photo: Istockphoto)
Le célèbre pont de Londres sur la Tamise (photo: Istockphoto)

Une ville«J’ai vécu deux ans à Londres durant mes études. J’adore cette ville, l’Angleterre m’a toujours attiré. Certains quartiers s’apparentent vraiment à des temples de l’élégance.»

CD du groupe Gama
CD du groupe Gama

Un disque«Je partage mon bureau avec le créateur de ce groupe, baptisé Gama. Nous nous soutenons mutuellement dans nos galères et fêtons ensemble nos réussites. Leur musique marche très fort actuellement!»

Les pages du carnet d'école sont ponctuées d' esquisses de mode.
Les pages du carnet d'école sont ponctuées d' esquisses de mode. dessus

Un souvenir«A l’école, je dessinais déjà des modèles de vêtements sur mes cahiers. Ma première idée était d’appeler ma marque Adam T. Puis le nom de Berence m’est venu peu à peu: en référence au nom du village d’origine de mon père au Soudan - Ber - ainsi qu’au mot élégance.»

Auteur: Tania Araman

Photographe: Fred Merz/ Rezo