Archives
29 septembre 2014

Les métiers se présentent

En septembre 2014 s’est tenue la manifestation Swiss Skills Berne 2014. L’occasion pour les professionnels de présenter leur savoir-faire et pour les apprentis de se mesurer lors d’un grand championnat. Evidemment, Migros était de la partie.

Swiss Skills Berne 2014
Sur le stand Migros, les jeunes pouvaient créer des objets avec des emballages.

Equipée d’un baudrier, d’un casque et de crampons, Jorid Saladin, 13 ans, gravit avec aisance le pylône installé devant le stand d’une entreprise de réseau électrique. Elle admire un instant la vue, puis se laisse glisser au bas du mât. «Plus tard, je serai électricienne. Ou jardinière d’enfants», déclare-t-elle.

Réparer une ligne électrique demande un certain savoir-
faire. Jorid Saladin en a fait l’expérience.
Réparer une ligne électrique demande un certain savoir-
faire. Jorid Saladin en a fait l’expérience.

Jorid Saladin fait partie de ces milliers de jeunes gens venus explorer les Swiss Skills Berne 2014 en quête d’une vocation. Au cours des quatre jours de la manifestation, quelque 155 000 visiteurs vont découvrir cent trente professions, tandis que mille concurrents – dont onze apprentis d’entreprises Migros – issus de septante filières différentes prennent part au championnat suisse des métiers. L’enseigne soutient d’ailleurs l’événement par le biais de son fonds Engagement Migros.

Edith Rutschmann, responsable Coordination de la formation professionnelle du groupe Migros.
Edith Rutschmann, responsable Coordination de la formation professionnelle du groupe Migros.

Le distributeur fait lui-même partie des exposants, présentant son univers sur 400 mètres carrés. Le public afflue sans discontinuer à l’entrée du pavillon. «Nous voulons montrer Migros dans toute sa diversité», explique Edith Rutschmann, responsable Coordination de la formation professionnelle du groupe Migros.

Les industries Migros bien présentes

Dans la section consacrée aux industries de Migros, les visiteurs sont invités à construire, entre les poupées de carton et les chariots élévateurs, un circuit sur lequel il faut faire rouler des billes le plus lentement possible. «De nombreuses personnes sont surprises de découvrir des métiers industriels sur notre stand, raconte Benoît Berset, responsable de la formation professionnelle à Micarna. Elles pensent que Migros ne fait que gérer des magasins.»

Pour représenter l’univers des produits, les polydesigners de l’enseigne ont fabriqué un paysage à partir d’emballages. Un peu plus loin, un atelier incite les plus habiles à réaliser leurs propres œuvres.

Côté gastronomie, des adolescents cherchent à assembler des pièces de puzzle pour composer le repas fictif. Elena Grünig, 14 ans, vient ainsi de reconstituer tous les ingrédients d’un riz Casimir. Elle-même se verrait bien suivre un apprentissage dans la restauration. Ou dans la vente.

Justement, il y a de l’animation dans la partie dévolue à ce domaine, où des commerciaux en herbe s’amusent à tourner des publicités. Au contraire, le sérieux est de mise dans le secteur des ressources humaines. Là, les jeunes doivent évaluer des dossiers de candidature.

Et puis il y a le championnat des métiers. Pendant que Keerthikan Thurairatnam, l’informaticien de Migros, a les yeux rivés sur son ordinateur (lire encadré), Romina Vella s’apprête à monter sur scène pour concourir. Cette jeune fille effectue sa troisième année d’apprentissage en gestion du commerce de détail dans le magasin Meletronics du centre Brügg de Bienne. Pour tenter de décrocher la première place, elle doit réussir à vendre un Ipad en dix minutes.

Romina Vella, apprentie en gestion du commerce de détail, devait vendre un Ipad en 10 minutes.
Romina Vella, apprentie en gestion du commerce de détail, devait vendre un Ipad en 10 minutes.

Au terme de la finale, qu’elle n’a pas remportée, Romina Vella se montre positive, car avec un diplôme Swiss Skills en poche, personne ne mettra en doute ses capacités de vendeuse.

Si Romina Vella espère décrocher son diplôme l’été prochain, de nombreux adolescents hésitent, au stand Migros, sur l’orientation à choisir. Edith Rutschmann, elle, n’est pas inquiète: «En participant à ce genre d’événement, nous voulons les aider à prendre leur décision. Je suis sûre que d’ici quelques années nous engagerons certains de ces jeunes gens.»

Photographe: Ruben Wyttenbach