Archives
30 juin 2014

Les régimes: des tue-l'amour?

Perdre du poids peut avoir une influence sur votre vie amoureuse! Explications de la diététicienne et psychologue genevoise Magali Volery.

Un couple en train de manger au lit
Le soutien du partenaire est primordial lors d’un régime. (photo DR)

Tue-l’amour, les régimes alimentaires? Une chose est sûre: modifier son comportement face à la nourriture peut être lourd de conséquences – négatives ou pas – sur son couple. C’est du moins ce que suggère une étude universitaire publiée récemment dans une revue américaine et qui traite de l’influence du partenaire sur la perte de poids... et de la perte de poids sur le partenaire!

Magali Volery, psychologue et diététicienne.
Magali Volery, psychologue et diététicienne.

Plus près de nous, Magali Volery, psychologue et diététicienne au Centre de consultations nutrition et psychothérapie à Genève, en est convaincue: entreprendre un régime n’est jamais anodin. «Au-delà des potentiels impacts sur la santé – les dangers de l’effet yoyo sur le poids ou le risque de s’enfermer dans un trouble alimentaire – la modification du comportement face à la nourriture a forcément une incidence sur le couple, et sur l’ensemble de la cellule familiale.»

Surtout si la personne qui désire perdre du poids est aussi celle qui est en charge des repas du ménage, précise la spécialiste. «Partenaire et enfants peuvent rapidement se sentir sous pression, contraints de suivre les mêmes restrictions.»

A l’inverse, s’il s’agit de l’autre conjoint – celui qui se contente d’habitude de mettre les pieds sous la table – «son désir de modifier ses menus peut être considéré par l’autre comme un rejet et susciter un sentiment d’abandon».

Soutien primordial du partenaire

Magali Volery: «Une nouvelle silhouette s’accompagne souvent d’un plus grand désir de proximité avec son partenaire.» Photo: Plainpicture
Magali Volery: «Une nouvelle silhouette s’accompagne souvent d’un plus grand désir de proximité avec son partenaire.» Photo: Plainpicture

D’où l’importance pour le couple de bien discuter en amont de la démarche, quelle qu’elle soit, pour l’inscrire sur le long terme. «Le soutien du partenaire est primordial, relève Magali Volery. La personne qui change ses habitudes alimentaires doit se sentir valorisée. Sinon, cela peut se solder par une reprise de poids, et par conséquent par une baisse de l’estime de soi, ce qui n’est jamais bénéfique pour un couple.»

En revanche, lorsque l’entreprise est couronnée de succès, une nouvelle silhouette s’accompagne souvent d’une confiance en soi redynamisée, et d’un plus grand désir de proximité avec son partenaire.

Les rapports intimes pourraient s’en trouver ainsi améliorés. Car une estime de soi déficiente et une image corporelle négative sont souvent accompagnées d’un affaiblissement du désir.

Attention toutefois, met en garde la diététicienne et psychothérapeute, une confiance retrouvée peut être synonyme de prise de conscience et d’affirmation de soi, surtout de la part des femmes: «Fortes de leur nouvelle identité, elles ne tolèrent parfois plus un comportement de leur mari qui leur semblait naturel auparavant. La perte de poids peut alors être vécue comme une libération.» Et, dans certaines situations, mener à une rupture...

Ne serait-il pas préférable pour un couple, dès lors, d’entreprendre la démarche à deux? «Cela simplifie beaucoup de choses, répond Magali Volery. Mais ce choix comporte aussi des risques. Imaginez par exemple que l’un des conjoints voie les effets sur la balance beaucoup plus rapidement que l’autre... Et puis, les nouvelles habitudes alimentaires à adopter ne seront pas forcément les mêmes pour les deux. Changer son comportement face à la nourriture dans le but de perdre du poids reste une démarche individuelle, et la motivation doit venir avant tout de soi-même.»

© Migros Magazine – Tania Araman

Auteur: Tania Araman