Archives
22 octobre 2012

Les remonteurs de temps

Isabelle Kottelat a pris le temps de s'attarder sur la question du changement d'heure prochain, qui ne sera pas de tout repos pour tout le monde.

croquis d'une tour horlogère avec clé pour remonter l'horloge
La Tour de l’Horloge de Berne était jadis la référence absolue en matière de temps.

Oh là là, le boulot qu’ils vont avoir ce week-end! Tout ça pour gagner une heure, voilà qui leur fera une belle jambe. L’heure, ils l’auront perdue en la remontant.

Ce n’est pas clair? Que je vous explique. A l’heure où tous nos réveils, TV, Iphone, ordinateurs s’ajustent tout seuls comme des grands sur l’heure du ou des fuseaux horaires choisis, il y a des gens qui passent leur temps – professionnel ou pas – à remonter le temps ou plutôt les horloges, pendules et autres morbiers d’intérieur comme d’extérieur.

Qu’ils se plantent ou s’oublient, et ils se font remonter… les bretelles! Prenez le régleur de la Zeitglocke, grosse tocante qui parade en haut de la… Tour de l’Horloge, à Berne. Toutes les horloges de la ville calquent leur midi sur elle! Jadis la référence absolue, c’est avec elle qu’on mesurait les heures de marche inscrites sur les bornes des routes cantonales. Aujourd’hui encore, un spécialiste remonte chaque jour, manuellement, le mécanisme de l’emblème bernois qui fait tic-tac depuis le Moyen Age.

A Versailles, un horloger est carrément employé à plein temps pour prendre soin des nonante horloges du château, dont la pendule astronomique de Passemant. Bien que datant du XVIIIe siècle, la vieille dame indique la date, l’heure réelle (ou heure solaire qui correspond au temps de rotation de la terre), l’heure moyenne (celle qu’on vit) et les phases de lune. Plus près de chez nous, à La Chaux-de-Fonds, un horloger remonte toutes les semaines la trentaine d’horloges, pendules, morbiers et coucous du Musée international de l’horlogerie. Une heure de tournée. Il veille aussi sur les cinq grandes horloges mécaniques de la ville: si elles se remontent électriquement, il faut tout de même régulièrement contrôler que rien n’est cassé dans la sonnerie.

Sûr que, tous autant qu’ils sont, ils doivent bénir les instigateurs de l’heure d’été, qui redeviendra heure d’hiver le week-end prochain… Parce qu’une vieille horloge, ça ne se recule en aucun cas! Donc l’horloger chaux-de-fonnier, par exemple, va passer deux à trois heures dans la nuit de samedi à dimanche à ajuster les cinq horloges de la métropole neuchâteloise. D’abord les arrêter. Attendre une heure, puis les relancer. A la bonne heure!

Auteur: Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck