Archives
23 septembre 2016

Les sacs en plastique ne seront plus gratuits

Dès le 1er novembre 2016, les sachets en plastique à usage unique disponibles aux caisses des magasins Migros seront vendus 5 centimes. Christine Wiederkehr-Luther, responsable Environnement à Migros, explique la finalité de cette mesure écologique, déjà introduite avec succès à Migros Vaud.

Sacs en plastique à usage unique
Composé de plastique recyclé, le sac coûtera 5 centimes.

Migros s’engage en faveur de la protection de l’environnement: dès le mois de novembre les sacs en plastique à usage unique jusqu’ici gratuits seront proposés au prix de 5 centimes. Autre nouveauté: ces sachets seront désormais composés à 100% de matériaux recyclés.

Migros est le premier grand détaillant suisse à mettre en œuvre, à l’échelle nationale, cette décision qui est appelée à devenir la norme dans l’ensemble de la branche du commerce de détail. En effet, les politiques et les détaillants ont décidé conjointement de ne plus proposer des sachets gratuits aux caisses.

Christine Wiederkehr-Luther, responsable Environnement à Migros.
Christine Wiederkehr-Luther, responsable Environnement à Migros.

Déjà introduite avec succès en 2013 à Migros Vaud, la mesure ne concerne pas Migros Genève, qui a décidé en 2008 de bannir les sacs plastiques des caisses.

Christine Wiederkehr-Luther, responsable Environnement à Migros, fait le point de la situation.

Christine Wiederkehr-Luther, pourquoi les clients Migros devraient-ils dorénavant payer des sacs jusqu’ici gratuits?

Migros a déjà fait beaucoup pour réduire la montagne de déchets. Nos spécialistes imaginent sans cesse de nouveaux emballages utilisant le moins de matériaux possible. Nous gérons par ailleurs au sein du commerce de détail helvétique le plus vaste système de récupération et de recyclage des emballages vides et des appareils usagés – autant de mesures qui profitent à l’environnement. L’introduction de sacs payants s’inscrit dans cette logique. Elle vise à encourager l’emploi de sacs non pas jetables mais réutilisables, afin de réduire la masse de déchets. Migros est convaincue de l’efficacité de cette mesure. C’est pourquoi elle veut l’introduire au plus vite.

Cette mesure ne va-t-elle pas fâcher les consommateurs?

Nous voulons éviter cela en informant le plus tôt possible les clients dans les magasins et en expliquant la finalité de la mesure. Migros Vaud a introduit les sacs payants en 2013 déjà. Leur prix, bien que modique, a eu un impact important puisque la consommation de sacs jetables aux caisses a diminué de 90% depuis lors.De plus en plus de clients ne se servent plus que de sacs réutilisables pour faire leurs achats. Nous espérons que l’effet sera le même à l’échelle nationale.

Migros gagnera-t-elle de l’argent avec la vente des sacs payants?

Non, ce n’est pas le but. L’argent qui restera après déduction des coûts de revient sera reversé à des organisations de protection de l’environnement.

Sachant que les sacs en plastique sont controversés, pourquoi Migros ne mise-t-elle pas sur des sacs fabriqués dans un matériau vraiment écologique?

La solution que nous avons retenue est celle présentant de loin le meilleur écobilan. Nos sacs à usage unique sont désormais en plastique recyclé. Celui-ci nous est fourni par une entreprise externe qui le récupère notamment sur des films ayant servi à entourer et à sécuriser les palettes de transport. A titre de comparaison, les sacs en papier jetables présentent un écobilan nettement moins bon.

Et les sacs en plastique bio fabriqués avec des matériaux renouvelables? Ne serait-ce pas une alternative?

Là encore, leur écobilan est moins bon. Ils utilisent par exemple du colza et du maïs alors que, dans maintes régions du monde, on meurt de faim. Ne serait-ce que pour ça, il paraît discutable de transformer cette matière première en sacs à usage unique.

Les déchets plastiques constituent un problème énorme pour les océans. Les sacs jetables de Migros ne contribuent-ils pas à l’aggraver?

Les sacs en plastique aboutissent dans les océans surtout dans les pays ayant des décharges à ciel ouvert. Ce n’est pas le cas de la Suisse, où la plus grande partie des déchets est soit recyclée soit éliminée dans des centres d’incinération, ce qui permet de produire de l’énergie. A cela s’ajoute le fait que l’abandon de la gratuité devrait réduire considérablement la quantité de sacs à usage unique. Car tel est bien le but de cette nouveauté.

Presque tous les détaillants suisses vont introduire les sacs à usage unique payants. Comme a-t-on pu imposer cette solution à l’ensemble de la branche?

Cette mesure commune a un arrière-plan politique: les détaillants suisses ont opté pour les sacs en plastique payants parce que s’ils ne l’avaient pas fait, la Confédération les aurait peut-être purement et simplement interdits. Nous souhaitons en effet laisser aux clients la possibilité d’utiliser les sacs en plastique. L’introduction des sacs payants se veut une incitation à utiliser davantage de sacs réutilisables. Nous sommes d’avis que de nouvelles interdictions sont inutiles, que les consommateurs sont des adultes responsables et qu’il convient de leur laisser prendre eux-mêmes leurs décisions.

Auteur: Michael West

Photographe: Daniel Winkler