Archives
21 mars 2016

Les savants peuvent aussi jouer les karatékas

Non, les savants ne sont pas que des intellos barbants! La preuve: il leur arrive de jouer aux karatékas..

La petite Lise a l'étoffe d'un karatéka!

1 Pour cette expérience, Lise a besoin d’une page de journal (ou d’une feuille de papier A3), d’une brochette en bois et de ses… talents de karatéka. Bon, rassurez-vous, il n’est pas nécessaire d’être ceinture noire non plus!

2 Notre championne en herbe pose la feuille sur une table, glisse la baguette dessous de manière à ce que celle-ci dépasse de 5 cm environ. Ensuite, elle lisse la feuille pour chasser l’air emprisonné sous cette dernière.

3 C’est à présent que ça se corse! Le défi de «Bruce Lise»: il va falloir qu’elle casse la brochette en deux avec le seul tranchant de sa main. Et sans tenir la baguette, s’il vous plaît! Roulement de tambour pour le suspense. KIAI!

4 Crac! La baguette en bois se brise comme un fétu de paille. Coup parfait. Po, le héros de Kung Fu Panda, a trouvé son maître. A vous maintenant de voir si, comme la petite Lise, vous avez aussi l’étoffe d’un karatéka!

Le phénomène

L’air qui nous entoure, que l’on respire, a un poids: à peu près un kilogramme par centimètre carré. C’est pour cela que Lise n’a pas besoin de tenir la baguette pour la casser! Parce que celle-ci est coincée sous la feuille de papier, laquelle est soumise à une pression atmosphérique de plus d’une tonne. Vous imaginez! Si l’on rééditait cet exploit en altitude, par exemple au sommet de l’Everest, cela ne marcherait pas. Car la colonne d’air, qui s’étend du sol à la limite de l’atmosphère, serait alors moins haute et donc la pression moins intense aussi.

Texte: © Migros Magazine | Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Mathieu Rod