Archives
17 mars 2014

Les virus s’attaquent aux smartphones

Les téléphones mobiles reliés à internet sont la nouvelle cible des pirates informatiques. Entre 2012 et 2013, le nombre de virus répertoriés aurait été multiplié par six.

Ecran de smartphone avec un crâne de pirate en rouge sur son écran
Certains virus vont jusqu’à prendre le contrôle du 
téléphone. (Photos: Istockphoto, Getty Images, montage MM)

Protéger son ordinateur contre les virus informatiques est un réflexe courant pour tout internaute. Il pourrait bientôt en être de même chez les utilisateurs de smartphones. «Autrefois les natels ne permettaient que de lancer des appels et envoyer des SMS, explique Eduardo Solana, chargé de cours du Centre universitaire d’informatique à Genève. Aujourd’hui, les nouveaux téléphones portables sont presque aussi puissants que des ordinateurs de table. Des terminaux qui sont donc tout autant susceptibles d’être attaqués par des pirates informatiques!»

Car les virus utilisent les mêmes portes d’entrée, sur ordinateur fixe ou sur son téléphone mobile. «Il y a d’abord les malwares, ces applications que l’on télécharge en ligne et qui cachent un virus ou un logiciel malveillant, poursuit le spécialiste en sécurité et cryptologie. Les autres points d’accès sont les e-mails et les pages internet que l’on visite à partir de son navigateur.»

Les risques encourus aussi sont plus ou moins similaires sur les deux types de terminaux. Si certains virus se contentent d’envoyer des publicités intempestives, d’autres vont jusqu’à prendre le contrôle du téléphone. «Cela permet par exemple aux pirates d’envoyer des SMS ou de passer des appels vers des numéros surtaxés. Plus grave, ils peuvent aussi consulter les informations que nous avons stockées dans notre téléphone.»

Observé via son propre téléphone

Et c’est sur ce point que les smartphones se montrent les plus vulnérables. En plus des nombreuses données sensibles qu’on a l’habitude d’y conserver, nos téléphones disposent de fonctionnalités qui, outre leur côté pratique, peuvent se révéler d’excellents outils d’espionnage. «La fonction de géolocalisation permet aux pirates de nous suivre dans tous nos déplacements, met en garde Eduardo Solana. Et il y a aussi la caméra et le micro qui, contrôlés à distance, peuvent être utilisés pour nous observer dans nos moindres faits et gestes!»

La prudence, mère de toutes les vertus

Quels sont les réflexes à acquérir pour minimiser les risques de contamination? Les conseils d’Eduardo Solana:

Si les virus concernent à 90% les terminaux sous Android, ils sont susceptibles d’attaquer tout type de téléphone. Il est donc essentiel dans tous les cas de télécharger un antivirus et de lancer régulièrement des scans. Mais attention! De faux logiciels de sécurité circulent sur la Toile qui sont eux-mêmes des… virus!

Eviter de surfer sur des pages internet au contenu peu fiable.

Ne pas ouvrir un e-mail douteux ou si l’on ne peut identifier son expéditeur.

Ne télécharger que les applications dont on est sûr de leur origine.

Eviter de se connecter à des points d’accès wifi ouverts inconnus, le vol de données y étant encore plus aisé.

Contrôler quels mots de passe sont stockés en mémoire dans son téléphone. Mieux vaut les retaper à l’ouverture de chaque application.

Texte © Migros Magazine - Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin