Archives
23 juin 2014

Lisbonne ou le voyage en mode 2.0

Ancrée au bord du Tage, la capitale du Portugal se laisse agréablement découvrir le temps d’un week-end prolongé. Nous l’avons visitée sans guide papier, mais avec tout un arsenal numérique tenant dans un smartphone.

Le château Saint-Georges offre l’un des plus beaux panoramas sur la ville. (Photo: istockphoto)
Le château Saint-Georges offre l’un des plus beaux panoramas sur la ville. (Photo: istockphoto)

Bzzz. Quand on voyage en mode 2.0, il faut s’habituer à ce petit bourdonnement vibrant. A chaque fois qu’on est à proximité d’un monument, on a l’impression d’avoir une abeille dans la poche. Une abeille avec un instinct maternel surdéveloppé, une sorte de Mamma latine qui nous avertit d’une curiosité touristique à ne pas manquer ou qu’il est temps de partir pour arriver à l’heure au restaurant. Pour découvrir Lisbonne, nous avons donc laissé les guides de voyage en papier à la maison.

L’elevador de Santa Justa relie la ville basse à la place des Carmes (Largo do Carmo).
L’elevador de Santa Justa relie la ville basse à la place des Carmes (Largo do Carmo).

A peine arrivés au centre-ville de Lisboa, ce n’est plus une abeille qu’on a embarquée, mais un véritable essaim, de nombreux points d’intérêt y étant concentrés. Depuis la Praça da Figueira, une place du quartier de la Baixa, on rallie rapidement le Largo do Carmo, auquel mène le joli Elevador de Santa Justa (photo ci-contre). A l’étage supérieur, cet ascenseur construit par un disciple de Gustave Eiffel offre une magnifique vue sur la ville aux sept collines.

Que voir ensuite? Pas besoin de se poser la question, les notifications se succèdent sur notre mobile, grâce à l’application Field Trip. Nous nous rendons donc sur le Largo do Carmo, lieu emblématique de la Révolution des œillets, qui a libéré le Portugal de décennies de dictature le 25 avril 1974. Selon l’horaire, il est d’ailleurs possible d’assister à la relève de la garde républicaine.

Ruines du Convento do Carmo.
Ruines du Convento do Carmo. (Photo: istockphoto)
La place ombragée du Largo do Carmo.
La place ombragée du Largo do Carmo. (Photo: Laurence Caille)

Mais c’est une histoire encore plus ancienne qui règne sur cette jolie place ombragée. Celle du Convento do Carmo, le couvent des carmes, détruit par le tremblement de terre de 1755. Aujourd’hui, les ruines de cet édifice gothique abritent un musée et servent à des concerts en plein air.

Les quartiers voisins du Chiado et du Bairro Alto invitent à la flânerie. Pour redescendre, on peut profiter d’emprunter l’elevador da Bica, funiculaire inauguré en 1892.

Inauguré au XIXe siècle, l’elevador da Bica est l’un des symboles de la capitale.  (Photo: istockphoto)
Inauguré au XIXe siècle, l’elevador da Bica est l’un des symboles de la capitale. (Photo: istockphoto)

Autre belvédère lisboète, le Castelo de São Jorge, que l’on aperçoit au loin. Pour rejoindre le château, on utilise l’application Google Maps (lire encadré). Le système de navigation propose des parcours à pied ou en transports publics, pour les jambes fatiguées ou pour le charme des trams jaunes.

Magnifique vue depuis le château

Arrivés sur la plus haute colline de la ville, on admire la fortification, les paons qui se baladent dans la cour, bien sûr, mais surtout le panorama. Quel plus bel endroit existerait-il pour déguster du porto?

Au loin, on 
aperçoit le pont du 25-Avril (Photo: istockphoto).
Au loin, on 
aperçoit le pont du 25-Avril (Photo: istockphoto).

Bzzz. Nous extirpant de nos rêveries, la Mamma digitale nous rappelle notre rendez-vous au restaurant. Une notification générée par l’application Google Now, qui a accès à notre agenda. On s’exécute, en prenant le temps toutefois de déambuler dans les ruelles pentues du quartier pittoresque de l’Alfama, de faire un détour par la cathédrale de la Sé, d’admirer les nombreuses représentations de saint Antoine de Padoue. Pourquoi lui? C’est l’occasion de tester la recherche vocale (ndlr: fonctionne sous Android). On tente un «Ok, Google. saint Antoine de Padoue Lisbonne». Et l’on apprend que ce prêtre franciscain est né dans cette ville au XIIe siècle.

Une fois au restaurant, on découvre le menu… en portugais. Pas de panique, il suffit de scanner la carte avec Google Traduction. Et de cliquer sur les mots surlignés pour en connaître la signification. Ou d’effectuer une recherche vocale, ou graphique en écrivant sur l’écran du smartphone. Ça y est, on peut enfin déguster du bacalhau (morue) sous l’une de ses 365 formes, selon la légende.

Déguster des pastéis à Belém

Pour le dessert, nous dégustons des pastéis de nata (petits gâteaux à la crème) et tant qu’à faire, goûtons les plus célèbres de la ville, à Bélem.

A goûter sans hésiter: des pastéis de nata, des pâtisseries à la crème. (Photo: istockphoto)
A goûter sans hésiter: des pastéis de nata, des pâtisseries à la crème. (Photo: istockphoto)

Nous rallions ce quartier d’où partirent les grands explorateurs en Gocar, une voiturette jaune à trois roues et deux places, qui se conduit comme un scooter. Un peu bruyant, pas très développement durable, mais amusant.

A proximité de la pâtisserie se trouvent des incontournables de Lisbonne: monastère des hiéronymites, tour de Belém et le monument des Découvertes. Pour digérer le tout, une petite leçon de pétanque portugaise avec les amigos do chinquilho, non loin du pont du 25-Avril qui donne à Lisbonne un petit air de San Francisco.

Bzzz. Zut, c’est déjà l’heure de partir pour l’aéroport. On vérifie les horaires de métro, la ligne à prendre. Et la météo. Google Now est formel: grand soleil à Lisbonne, pluie en Suisse. «Ok Google, faut-il vraiment rentrer maintenant?»

Cet article a été réalisé dans le cadre d’un voyage de presse organisé par Google.

Quelques souvenirs en vidéo!

D'autres photos sur https://www.google.com/+migrosmagazine

A mettre dans son smartphone

Logo application Google.
logo app Google.

Google Now, présenté comme un assistant personnel. Installé d’office sur Android, disponible sous iOs. Indique notamment le taux de change, la météo (maison et lieu de séjour), le cours de la bourse. Va chercher les informations de voyage dans la boîte mails (Gmail, évidemment) et les affiche en temps voulu (horaires, numéro de vol, carte d’embarquement, terminal, à quelle heure partir, confirmation de réservation d’hôtel, ainsi que quelques phrases pratiques dans la langue locale). Des informations basées sur les recherches effectuées sur internet (et sur la géolocalisation) mentionnent des points d’intérêt à proximité.

Logo Google Maps.
Logo Google Maps.

Google Maps. Pour éviter une facture salée, enregistrer le secteur de carte sur son téléphone. Sous Android: une fois la carte affichée, aller dans le champ de recherche et descendre jusqu’à l’onglet «Enregistrer pour un accès hors connexion». Sous iOs, une fois la carte affichée, taper dans le champ de recherche «ok maps». Le message «préchargement de la carte en cours» s’affiche. Pour marquer ses adresses favorites (musées, hôtels, magasins, restaurants…) sur tous ses appareils, il convient de s’enregistrer avec son compte Google. Avant le départ, on peut aussi se faire envie avec les photos disponibles sur le plan (Streetview, Fototour).

Logo itineris.
Logo itineris.

Itineris. L’application du DFAE fournit plein de renseignements sur le pays de destination et sur les moyens de contacter la représentation suisse. Il est possible d’annoncer une destination, afin d’être localisé plus facilement en cas de grave crise.

logo google traduction
logo google traduction

Google Traduction(gratuit). Ne pas oublier de télécharger les packs de langues (français et portugais, en l’occurrence) avant de partir. Google Play. iTunes.

Logo Field Trip.
Logo Field Trip.

Field Trip. Cette application indique les curiosités à voir à proximité, en utilisant les données de localisation. Il est possible de régler la fréquences des notifications. Google Play. iTunes.

Tripl. Scanne la boîte mail afin d’y dénicher vos billets d’avion électroniques. Ou Passbook , afin d’éviter les files d’attente au check-in. Applications de la compagnie aérienne pour ses vols et le check-in rapide et conserver la carte d’embarquement hors ligne.

Logo Google Goggle.s
Logo Google Goggles.

Google Goggles. Application pour identifier un monument (entre autres). Fonctionne aussi avec des photos enregistrées. Google Play.

Logo Geo Audioguides.
Logo Geo audioguides.

Guides de voyage.Michelin (gratuit, Google play, iTunes), Geo audioguides (application gratuite, mais tours payants Google pla, iTunes) et bien d’autres. Et, bien sûr, les e-books de guides de voyage.


© Migros Magazine / Laurence Caille

Auteur: Laurence Caille