Archives
19 mai 2014

Madrid: au cœur de l’âme castillane

Entre balades dans les rues pavées, visites de musées et dégustation de tapas sur les terrasses ensoleillées, impossible de s’ennuyer dans la capitale espagnole.

Consacrée en 1993, la cathédrale de l’Almudena ne rencontre pas l’approbation de tous les Madrilènes. C’est en ses murs que le prince Felipe et Letizia se sont mariés.
Consacrée en 1993, la cathédrale de l’Almudena ne rencontre pas l’approbation de tous les Madrilènes. C’est en ses murs que le prince Felipe et Letizia se sont mariés.

Elle ne manque pas de charme, la capitale espagnole! Surtout lorsqu’on arpente à pied ses étroites ruelles pavées. Admirant au passage les façades colorées et leurs balcons en fer forgé, s’extasiant sur l’architecture d’une petite église ou d’un majestueux palais, ou sirotant un café au soleil sur une place animée. Et c’est sans compter sur ses boutiques, ses marchés, ses parcs, ses musées. Alors enfilez des chaussures confortables – tout en vous rappelant qu’en cas de fatigue, vous pourrez toujours sauter dans le métro – et suivez le guide!

El Mercado de San Miguel abrite une trentaine de stands gastronomiques.
El Mercado de San Miguel abrite une trentaine de stands gastronomiques.

Premier arrêt coup de cœur: el Mercado de San Miguel. Inauguré en 1916, cet ancien marché traditionnel a conservé sa structure métallique d’origine, au charme fort désuet. Il abrite aujourd’hui une trentaine de stands gastronomiques, mettant bien sûr à l’honneur les tapas, de l’inévitable jambon Serrano à l’assiette de paella ou de riz noir, en passant par des amuse-bouche plus inventifs, à base par exemple de... l’italienne mozzarella! Fréquenté tout aussi bien par les visiteurs étrangers que par les Madrilènes, il est souvent bondé et il faut être prêt à jouer des coudes pour se faire servir. Mais le plaisir gustatif est garanti!

Aujourd’hui touristique, la Plaza Mayor fut autrefois le centre névralgique de Madrid.
Aujourd’hui touristique, la Plaza Mayor fut autrefois le centre névralgique de Madrid.

Non loin de là, la Plaza Mayor vaut également le déplacement. Certes, on est au cœur de la Madrid touristique: cafés et restaurants pullulent, chanteurs et animateurs de rue tentent à qui mieux mieux d’attirer le chaland, et les magasins de souvenirs s’alignent de part et d’autre de la place. Mais ne serait-ce que pour admirer les arcades de ce qui fut autrefois le centre névralgique de la ville: théâtre de corridas, d’autodafés, et même d’exécutions publiques. On s’arrêtera aussi devant la Casa de la Panaderia, pour en observer les fresques, plus modernes qu’elles ne le paraissent puisqu’elles ont été achevées en 1992.

Avant de quitter ce quartier un peu trop fréquenté, on ne se privera pas d’un léger détour par le palais royal, pour prendre la mesure de son imposante architecture. Imposante également, la cathédrale de l’Almudena, qui ne fut consacrée qu’en 1993 par Jean-Paul II, où se sont mariés le prince Felipe et Letizia Ortiz en 2004.

Après avoir repris la Calle Mayor, traversé la Puerta del Sol – autre centre névralgique de la ville, baptisé ainsi à cause de sa forme en demi-soleil – s’être octroyé une minipause à l’incontournable Chocolatería San Ginés pour y déguster des churros (des pâtisseries ibériques, les meilleures de la ville, dit-on) accompagnés d’un onctueux chocolat chaud, on se perdra avec délice dans le pittoresque Barrio de Las Lettras.

Se perdre pour mieux découvrir la ville

Le meilleur moyen de découvrir ce quartier où, à l’âge d’or de l’Espagne, se croisaient les grands noms de la littérature? S’y perdre! Se laisser attirer par les couleurs chaudes et pastel des façades d’une ruelle, par les enseignes surannées de certains magasins, par l’évocation d’un Cervantès ou d’un Federico García Lorca. La statue du poète et dramaturge andalou orne d’ailleurs la charmante Plaza Santa Ana, où l’on reposera nos pieds fatigués sur l’une des terrasses de café.

De là, on pourra aisément poursuivre notre déambulation dans les quartiers de Lavapiés, de La Latina ou de El Rastro, profitant, si c’est un dimanche, pour se mêler à la foule dans l’un des plus vieux marchés de la ville.

Le palais de Cristal est situé dans le Parc du Buen Retiro, poumon vert de la capitale espagnole.
Le palais de Cristal est situé dans le Parc du Buen Retiro, poumon vert de la capitale espagnole.

Puis, éreinté par ces kilomètres alignés, on s’affalera dans le métro (quoique ce dernier soit souvent bondé) pour se rendre au Parc du Buen Retiro, poumon vert de la cité. Là, on admirera tout particulièrement le palais de Cristal, qui abrite occasionnellement des expositions. Ou l’on optera pour une balade en barque sur l’Estanque, l’un des plus grands étangs du parc.

Et pour ceux que la foule rebute, Madrid offre également quelques trésors moins courus, plus discrets. Comme, de l’autre côté de la ville, le temple de Debod, dans le Parc del Oueste. Incongru, monument égyptien qui fut offert en guise de remerciement à l’Espagne en 1968. Ou encore l’Ermitage de San Antonio, où repose la tombe du peintre Francisco de Goya et où l’on peut admirer ses fresques délicates.

Enfin, le soir, prenant toute la mesure des horaires à l’espagnole, on flânera sur Gran Via, la principale rue marchande. Levant le nez pour découvrir le métissage de son architecture entre deux magasins.

Puis on profitera de la nuit madrilène dans le populaire quartier de Chueca, en dégustant quelques tapas et en buvant un verre dans l’un des nombreux bars branchés. Une excellente façon de boucler la journée dans la capitale espagnole!

© Migros Magazine - Tania Araman (textes).
F1Online, Tania Araman, Bildagentur-Online (photos)

Auteur: Tania Araman