Archives
5 mai 2014

Manon des chevaux

Derib, le papa de Yakari, travaille actuellement sur une bande dessinée mettant en scène l’univers des éleveurs de franches-montagnes. Et c’est Anina Mariani, jeune cavalière émérite de Saignelégier, qu’il a prise comme modèle pour son héroïne.

Anina Mariani
Anina Mariani, jeune cavalière de Saignelégier, a été prise comme modèle par Derib pour sa nouvelle BD.

Crinière blonde, yeux azur, sourire un brin timide… Anina Mariani est une fille nature, fraîche, pleine de peps. C’est ce qui a séduit Derib qui l’a transformée en héroïne de papier pour la faire entrer dans les cases de sa prochaine bédé: «Le galop du silence». Elle y tiendra un rôle à sa mesure, le principal, celui de Manon, jeune éleveuse de franches-montagnes.

«J’ai trouvé en elle un modèle qui dépasse mes espérances», se réjouit le père de Yakari. Il faut dire que cette Jurassienne a grandi au milieu des équidés. «Depuis toute petite, je ne vis que pour le cheval!» Au point d’avoir choisi une formation en lien avec son dada, sa passion: apprentie assistante en médecine vétérinaire. Mais ce qu’elle préfère, c’est monter à cru «Dixie». «Ma jument franches-montagnes, ma meilleure amie, celle à qui je dis tout.» Celle aussi qui la remet en selle lorsqu’elle a un petit coup de mou. Ensemble, elles font d’ailleurs les quatre cents coups: balades, treks, courses, saut d’obstacles, dressage, quadrille au Marché-Concours de Saignelégier et même baignades dans le Doubs.

«Plus tard, je me verrais bien vivre dans une vieille ferme, entourée de chevaux. Pour moi, c’est ça la liberté!» «Dixie» s’ébroue et hennit comme pour dire oui.

6 h 00: petit-déjeuner équin

6 h 00: petit-déjeuner équin
«La première chose que je fais le matin, quand c’est mon tour, c’est d’aller fourrager les trois chevaux, l’âne et le poney. Et comme l’écurie est juste à côté de ma chambre, j’y vais en ­pyjama… C’est d’ailleurs plus un plaisir qu’une corvée!»

6 h 42: train-train du matin

6 h 42: train-train du matin
«Je prends le train à Saignelégier pour me rendre au travail à Delémont. Le trajet dure ­environ une heure. Mais par la suite, je ferai les courses en voiture parce que je vais bientôt passer mon permis de conduire.»

Attention, chien gentil!

Attention, chien gentil!
«Zucca» est un membre de la famille. C’est un border collie croisé, une chienne hyper-gentille qui ne ferait pas de mal à une mouche. Elle m’accompagne partout, je l’aime vraiment beaucoup.»

8 h 00: au chevet des animaux

8 h 00: au chevet des animaux
«Une semaine sur deux, je vends des médicaments à la pharmacie de la clinique vétérinaire et l’autre semaine je m’occupe des soins aux chevaux, vaches, porcs, moutons, chèvres… Ce métier me permet de rester en contact avec les animaux.»

18 h 30: tous à table!

18 h 30: tous à table!
«Le soir, on soupe en famille avec ma mère, mon frère et mon copain. Mon papa nous ­rejoint aussi parfois. Ça tient à cœur à ma ­maman que l’on soit tous réunis autour de la table au moins une fois par jour.»

19 h 15: à cheval sur mon bidet
«Avec mes amies Morgane et Amélie, on se retrouve presque chaque soir pour faire une balade à cheval. On se promène une à deux heures, on rigole, on partage nos joies et nos peines. Ça fait du bien après une journée de travail.»

20 h 30: femmes de manège

20 h 30: femmes de manège
«A notre retour, nous devons encore nettoyer les boxes, donner du grain, mettre de la paille, nourrir les chats et les lapins… Ma maman nous aide, on met la radio, on fait les folles. Et après, c’est la douche et puis dodo.»

Mon double de papier

Mon double de papier
«Je ne suis pas quelqu’un qui se met en avant. Mais quand Derib m’a demandé si j’étais d’accord de figurer dans sa bédé, je n’ai pas hésité tant ce projet de mise en valeur des chevaux franches-montagnes est super!»

© Migros Magazine - Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Michal Florence Schorro