Archives
16 septembre 2013

Il court, il court le dentiste…

Vainqueur surprise de la 40e édition de la mythique course Sierre-Zinal, le Neuchâtelois Marc Lauenstein partage ses journées entre sa famille, son cabinet et ses entraînements.

Marc Lauenstein a remporté la 40e édition de Sierre-Zinal au nez et à la barbe des favoris. Et tout cela en prenant encore le temps d’embrasser son fils Matti (4 mois au moment des faits) durant cette aussi rude que mythique épreuve (31 km, 2200 m de dénivelé positif et 800 de négatif)! A l’arrivée, ce brillant athlète à la «retraite» (deux médailles d’argent aux Mondiaux de course d’orientation et un titre de champion du monde de longue distance en course de montagne figurent notamment à son palmarès), qui carbure désormais à la passion, n’en revenait toujours pas:

Gagner Sierre-Zinal, je n’osais même pas y croire. C’est l’une des plus belles émotions qu’il m’ait été donné de vivre en sport.

Ça, c’était le dimanche 12 août en short. Dès le lendemain, ce dentiste neuchâtelois retrouvait avec le sourire du vainqueur – éclatant comme il se doit – sa blouse blanche et son train-train quotidien fait de traitements de caries et de racines, de soins de gencives, d’extractions de dents et d’anesthésies…

6h15 Au saut du lit

Marc Lauenstein à l'entraînement.

«En général, je commence ma journée par un footing en forêt d’une dizaine de kilomètres. Le petit-déjeuner, je le prends plus tard. Comme je ne suis pas du matin, ça m’aide à démarrer en douceur. Après cinq à dix minutes de course, on sent déjà son esprit, son corps s’éveiller…»

8h Chasse aux caries

Marc Lauenstein dans son cabinet dentaire.

«Dentiste, c’est un travail extrêmement varié. Derrière les traitements, il y a des patients avec qui il s’agit de tisser des liens. Sinon, on ne peut pas les comprendre et donc pas les soigner correctement. Moi qui voulais faire un métier à la fois manuel et de contact, je suis comblé.

14h Les instruments

Fraise de dentiste.

«La fraise, c’est l’outil que j’utilise le plus. La plupart des patients ne la craignent pas trop… Les autres, on doit les mettre en confiance de manière à ce qu’ils se sentent le plus à l’aise. Et puis aujourd’hui, avec les anesthésies, on peut traiter une carie pratiquement sans douleur.»

18h Dernières foulées

«Après une journée de travail, j’aime bien enfiler à nouveau mes chaussures de course. J’en possède peut-être une cinquantaine de paires, toutes utilisables. Je les choisis en fonction de mon humeur, de ma forme, de la nature du terrain et du type d’entraînement que je vais effectuer.»

19 h 30 Retour à la maison

«Je rentre de Peseux à Cormondrèche en courant, en faisant des détours du côté des crêtes du Jura. Il m’arrive, par exemple, de monter jusqu’au col de la Tourne et de redescendre ensuite en car postal.»

20 h Récréation familiale

«Sandra et moi, nous sommes devenus beaucoup plus casaniers depuis la naissance de notre fils. Matti est vraiment le centre de notre attention. Nous mangeons assez tard pour profiter de sa présence parce que c’est à ce moment-là qu’il est le plus éveillé.»

19h30 Fais dodo

«C’est moi qui m’occupe du coucher de Matti. Je le porte contre moi et le berce pendant une demi-heure. Ça prend d u temps jusqu’à ce qu’il s’endorme profondément, mais après rien ou presque ne peut le réveiller!»

22 h 30 livres de chevet

«Tous les soirs, je lis avant de m’endormir, histoire de bien déconnecter. Mes livres? Des romans, plutôt des classiques, et maintenant aussi des guides pour les nouveaux parents et des ouvrages sur le développement des petits enfants.»

Auteur: Alain Portner

Photographe: Prune Simon-Vermot