Archives
15 juin 2015

La dame des fers

Marie Mayerat, 21 ans, est maréchale-ferrante. Elle nous raconte son métier, basé tout autant sur l’observation et la délicatesse d’approche de l’animal que sur la technique.

Marie Mayerat, 21 ans, est maréchale-ferrante.
Marie Mayerat, 21 ans, maréchale-ferrante.
Deux jours par semaine, Marie Mayerat collabore avec son patron, Mathieu Allimann.
Deux jours par semaine, Marie Mayerat collabore avec son patron, Mathieu Allimann.

7h: Réveil à l’aube
«Je commence mon travail tôt, ce qui me permet de finir tôt. Deux jours par semaine, je collabore avec mon patron, Mathieu Allimann. Il travaille beaucoup avec les chevaux de sport, qui exigent des soins particuliers et des matières spéciales, comme le silicone. Il m’a appris que notre travail commence et se termine toujours par une observation attentive du cheval et de sa démarche.»

Le travail du ferrage.
Le travail du ferrage.

8h: Travail sur mesure
«Lors du ferrage, on enlève les vieux fers, on coupe la corne, puis on choisit de nouveaux fers et on les ajuste – c’est-à-dire qu’on les glisse au four, on les chauffe, on les forge à la taille du cheval, on les meule, puis on les essaie sur le sabot avant de les clouer. Après avoir coupé les clous, on replie les rebords dans le sabot pour éviter que le cheval ne se blesse.»

Nos outils: rénette pour nettoyer le sabot, râpe, mailloche et rogne-pied pour parer la corne, pinces à river et à parer, pince à couper les clous, brochoir, etc.
Nos outils: rénette pour nettoyer le sabot, râpe, mailloche et rogne-pied pour parer la corne, pinces à river et à parer, pince à couper les clous, brochoir, etc.

11h: Les outils essentiels
«Nous transportons avec nous un petit chariot qui contient tous nos outils: rénette pour nettoyer le sabot, râpe, mailloche et rogne-pied pour parer la corne, pinces à river et à parer, pince à couper les clous, brochoir, etc. Nous portons toujours notre tablier de cuir, qui nous protège de nombreuses blessures: les chevaux peuvent être vifs, et il est facile de faire un faux mouvement avec un instrument.»

Les radios des sabots sont un outil essentiel: une fracture peut être tout fine et pas évidente à voir, tout comme l’arthrose.
Les radios des sabots sont un outil essentiel: une fracture peut être toute fine et pas évidente à voir, tout comme l’arthrose.

14h: Observation minutieuse
«Je travaille deux jours et demi par semaine à la clinique vétérinaire du haras national d’Avenches. Les radios des sabots sont un outil essentiel: une fracture peut être tout fine et pas évidente à voir, tout comme l’arthrose. Le diagnostic permet d’agir en conséquence pour soulager et soigner le cheval.»

Après son travail, Marie Mayerat rentre à la maison s’occuper de son cheval Cayenne.
Après son travail, Marie Mayerat rentre à la maison s’occuper de son cheval Cayenne.

16h: Retour au bercail
«Après mon travail, je rentre à la maison m’occuper de mon cheval Cayenne. C’est vrai que je soigne de chevaux toute la journée, mais le sien, c’est différent!»

En fin de journée, la maréchale-ferrante retrouve ses amies à l’écurie.
En fin de journée, la maréchale-ferrante retrouve ses amies à l’écurie.

18h: Apéro entre copines
«En fin de journée, je retrouve mes amies à l’écurie. Cela permet de bien couper et c’est toujours un chouette moment!»

Un bus flambant neuf
«Dans notre bus, nous avons toujours beaucoup de matériel: un four à gaz, des bonbonnes, une meule, une perceuse, une enclume, des fers et soutiens de différentes tailles et matières (métal, cuir, silicone, alu, etc.), des clous. Je suis très fière, parce mon bus est arrivé il y a quelques jours. Il va me permettre de travailler bien plus souvent à mon compte et de développer ma clientèle.»

Texte © Migros Magazine – Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Matthieu Spohn