Archives
28 octobre 2013

Au ras de la Pâquerette

Marie-Thérèse Porchet passe en revue les événements qui ont fait l'actualité ces derniers temps.

Marie-Thérèse Porchet
Marie-Thérèse Porchet

Ce matin, j’ai croisé le fils de madame Amstutz, qui est au chômage. Il est malheureux parce qu’il n’a même plus les moyens de monter à cheval. C’était sa seule passion. Comme il habite Genève, je lui ai suggéré d’assassiner sa femme de ménage. Avec la justice genevoise, il devrait rapidement se retrouver à dos de poney!

Excusez-moi, je sais que je ne devrais pas plaisanter avec un sujet aussi douloureux, mais franchement! A l’Office pénitentiaire genevois, ce n’est plus la marguerite qu’on effeuille, mais la Pâquerette. A la direction du centre: «je déconne… un peu… beaucoup… passionnément…» Chez les détenus: «je récidive… à la folie!» Et au Conseil d’Etat: «j’assume… pas du tout!» Il faut dire qu’un certain nombre de hauts responsables de la fonction publique ont brillé par leur incompétence ou par leur manque de vigilance. En donnant carte blanche à une brochette de travailleurs sociaux utopistes et dangereux qui pensent réinsérer dans la société tous les criminels, violeurs, meurtriers, pédophiles, de préférence récidivistes, en leur faisant suivre des ateliers de poterie ou de tricot! Loin de moi l’idée de faire pendre ou fusiller les assassins. Mais franchement, entre la peine de mort et des leçons d’équitation, il doit y avoir d’autres sanctions possibles!

Sur les chantiers de la Coupe du monde 2022, au Qatar, les ouvriers meurent comme des petits pains. Du coup, le gouvernement a réagi: ils ont voté l’initiative 1:12. C’est-à-dire qu’il ne peut pas faire plus que douze fois plus chaud sur le chantier que dans le bureau de l’émir et du président de la FIFA. Qui eux s’en contre-foot!

J’ai vu qu’aux Etats-Unis, 800 000 fonctionnaires ont été privés de salaire et n’ont pas travaillé pendant dix jours. Vous vous rendez compte? Si chez nous, on privait de salaire les fonctionnaires qui ne travaillent pas, on assainirait d’un seul coup les finances de la Confédération! Les jeunes socialistes auraient mieux fait de lancer l’initiative 0:12: celui qui ne fout rien ne touche rien!

Enfin, une bonne nouvelle quand même: le tourisme suisse redémarre. Ah bon? Les hôteliers ont décidé de réintroduire le sourire dans l’accueil et dans le service?

Auteur: Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet