Archives
8 février 2016

France-Hollande: match nul

La chronique de Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet.

Marie-Thérèse Porchet photo
Marie-Thérèse Porchet.

Ça bouge en ce moment dans ma résidence de Gland, parce que c’est bientôt les élections à la présidence de l’immeuble. Tous les trois ans, on désigne notre représentant auprès de la régie. Et depuis plus de quinze ans, c’est moi qui suis élue. Forcément, je suis la seule candidate! Mais cette année, coup de théâtre: la concierge, la Lopez du cinquième, a décidé de se présenter contre moi. Du coup, les dames de la maison voudraient organiser une primaire, comme en France, mais ça sert à quoi? J’ai fait un sondage auprès d’un échantillon représentatif de la population de l’immeuble, c’est-à-dire Jacqueline et moi, et j’arrive largement en tête. Et puis, on n’a pas besoin de primaire, on a déjà le fils Lopez...

Ce qui va être terrible, si la concierge est élue, c’est qu’elle va faire plein de choses pour le bien-être des locataires, elle va vouloir nous défendre face au propriétaire. Alors que la seule chose dont on doit se préoccuper quand on est président, c’est d’être réélu la prochaine fois!

En France, ils sont passés du septennul (un nul tous les sept ans) au quinquennul (un nul tous les cinq ans). Quel progrès!

Et la grande mode, c’est d’écrire un livre pour s’excuser d’avoir été nul, comme Sarkozy qui aurait pu intituler son bouquin «Pardon pour ce moment!»

Il fait son mea culpa sur tous les sujets pas importants: son goût pour les Rolex, le Fouquet’s, ou les yachts de ses copains millionnaires. Mais pas un mot de son bilan sur le chômage, la sécurité ou le pouvoir d’achat.

Quant à François Hollande, il ne sait plus quoi inventer pour inverser la courbe de sa popularité. Après les attentats, il a décrété que pour lutter contre les terroristes, il fallait leur retirer leur nationalité française (c’est vrai que ça va les terrifier...). Mais attention : seulement les binationaux, pas les autres. Alors que lui-même est binational, puisqu’il est à la fois François et Hollande! Déchoir ou ne pas déchoir? Comme dit Giscard:

cha fait longtemps que les Franchais sont très déchus!».

La semaine dernière, le président français a même gracié une femme qui avait été condamnée à dix ans de prison pour avoir assassiné son mari incestueux et violent.

Donc c’est décidé: j’arrête de me moquer de la Lopez et de ses kilos en trop, et si je suis élue, je la nomme Premier ministre. Autrement dit: la grasse présidentielle!

Auteur: Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet