Archives
4 mai 2015

Ça plane à l’aéroport

Vous avez peur de l’avion? Avec tout ce qui se passe, je peux comprendre. Moi j’avoue, j’adore voyager et comme j’ai la nausée sur les cargos bananiers et dans le train, j’aime assez l’avion même si ce n’est pas écolo je sais, mais on ne peut pas tout faire juste. J’ai transmis ce goût à mes enfants et l’autre jour je devais emmener ma fille et son copain pour un vol et les rechercher quelques jours plus tard. Alors je peux désormais le dire, à Genève, ce qui fait peur, ce n’est pas de prendre l’avion, c’est d’aller à l’aéroport.

Martina Chyba photo
Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.

Donc, on arrive en voiture (erreur fatale mais bon il y a les bagages à ramener). Là, des panneaux orange un peu partout signalent des travaux (on avait remarqué, ça fait un million d’années que ça dure). Plus de parking au départ, plus de parking à l’arrivée. Mais il y a l’invention du siècle qui s’appelle Kiss&Fly. Embrasser et voler haha. Dans n’importe quel endroit civilisé, on aurait fait un truc avec des dégagements afin qu’on puisse s’arrêter 5 minutes pour sortir mémé et les bagages. Ben là non. Un labyrinthe en couloirs auquel aucun automobiliste ne comprend rien avec des barrières pour bétail et il faut rouler, jeter mémé sur la rue avec sa valise et se tailler rapidos. Kiss&Fly tu parles, il y a un monsieur très énervé qui crie tout le temps «avancez avancez!», donc embrasser son chéri devant lui avec une file de conducteurs derrière prêts à vous tuer, ce n’est pas monstre romantique comme départ. Autre option: un parking illimité toujours complet, dans lequel il y a une nouvelle section «maximum 1 heure». Donc on prend un ticket pour le parking illimité et 5 mètres plus loin on doit recomposter ce même ticket pour entrer dans la section 1 heure. Qui est pleine de gens hystériques et en retard qui cherchent une place. Si au bout de 20 minutes vous n’avez ni éraflé votre voiture ni écrasé un gosse avec son mini-trolley Spiderman, et trouvé une place: alléluia! Vous croyez être arrivé.

Eh bien non, car toute la population de Suisse romande et de France voisine attend manifestement l’ascenseur, qui met des plombes à venir. Exaspérés, ceux qui ont des bagages transportables décident de monter à pied et c’est la cohue dans un petit escalier ridicule et sordide, les petits vieux essoufflés, les gens qui portent les bébés, les pressés avec les surfs, et les gens comme moi qui vont juste chercher quelqu’un sans rien mais qui n’ont plus aucune chance d’être à l’heure. Et je précise qu’une fois récupérés les êtres chers tout le cirque recommence dans l’autre sens. Avec les bagages.

Depuis le 3 mars 2015, avec un petit coup de main du franc fort, Genève est officiellement la ville la plus chère du monde avec Zurich. On est très fiers de ça, surtout quand on nous fait payer 6 francs l’eau minérale au centre-ville, sans rondelle de citron, sans glaçon et sans sourire. Et là, on est aussi très fiers de proposer un aéroport qui question organisation me rappelle, je ne sais pas, celui de Trivandrum en Inde. Mais à ma connaissance, Trivandrum est assez loin sur la liste des villes les plus chères du monde. On nous parle de pouvoir poser des A380 à Cointrin, ce serait déjà vachement bien qu’on puisse poser les gens qu’on aime quand ils partent. 

Texte © Migros Magazine – Martina Chyba

Auteur: Martina Chyba