Archives
1 février 2016

Pauvres de nous

La chronique de Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.

La chronique de Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.

Au mois de janvieron meurt beaucoup vous aurez remarqué. Ben moi, pour éviter le blues saisonnier, chaque hiver j’attends avec impatience le WEF. Oui, le World Economic Forum à Davos, vous savez, la petite sauterie des riches et puissants. Ils sont hilarants. Ils découvrent toujours la lune après tout le monde. Ils n’ont pas vu venir la crise des subprimes en 2008, ni Daech, ni l’Uberisation de la société, ni la génération Y et quand ils font «ah! il faudrait qu’on se préoccupe de ça», le monde est déjà entré dans la crise suivante.

Par exemple cette année, les grands patrons se sont rendu compte qu’il y avait des inégalités, que les riches devenaient plus riches et les pauvres plus pauvres; dingue non? Et Joe Biden, vice-président des Etats-Unis, a dit qu’il se faisait du souci pour la classe moyenne. Est-ce que quelqu’un pourrait dire à ce monsieur qu’on s’inquiétait déjà pour la classe moyenne alors qu’il réfléchissait encore à se faire faire son brushing d’implants? Eh les mecs! (oui je dis les mecs, car pour ce qui est de la représentation féminine là-haut, hein, on se comprend…) aujourd’hui vous devriez débattre… je ne sais pas moi… du revenu inconditionnel de base ou d’autres idées émergentes.

A part ça, Davos c’est hyper-bien, car il y a toujours un people millionnaire pour parler de la pauvreté. Cette année, il y en avait deux. Bono, dont le groupe U2 est exilé fiscal aux Pays-Bas pour payer moins d’impôts en Irlande, est venu présenter sa nouvelle teinture capillaire auburn qui ressemble à celle d’Alain Morisod (oui, désolée, j’ai un truc avec les cheveux…), et Leonardo DiCaprio est venu parler écologie et climat. A ce propos, juste une question: toutes les stars qui nous expliquent qu’on va tous crever si on n’achète pas tout de suite une voiture hybride, elles se déplacent comment pour venir prêcher la bonne parole au-delà des océans? En cargo bananier? Et elles vivent où? Dans une yourte? Et elles partent en vacances où? Dans un gîte de France à dos d’âne?

Allez, un tour rapide sur Google: la life de DiCaprio, c’est deux maisons à Los Angeles avec deux piscines, une à New York à 50 millions de dollars, une île au Belize, un jet privé et le 11e plus grand yacht en circulation.

En même temps, je comprends, il faut caser tous ces mannequins lingerie qui lui tournent autour, ça prend de la place, mais disons que si moi je prends un bain après une journée difficile, je ne vais pas culpabiliser non plus.

Ceci dit, je n’aimerais pas être trop «bitchy» avec Leonardo, car c’est un grand acteur, il aura l’Oscar cette année vous verrez, c’est loin d’être un bobet et même avec la grosse barbe et les kilos en trop, on en ferait volontiers son 4 heures. Certes j’ai 30 ans de trop et 20 centimètres de pas assez, je ne travaille pas pour Victoria’s Secret mais pour la RTS, donc sur l’échelle de la glamouritude ça fait beaucoup d’échelons à rattraper. En fait, je pourrais être sa mère, mais il en a déjà une et il l’adore. Décidément, le bilan de Davos est rude cette année, je me réjouis du Festival de connes. Oups de Cannes.

Texte © Migros Magazine – Martina Chyba

Auteur: Martina Chyba